La confiance du croyant

 

La confiance du croyant


Message du mardi 17/03/2020 (A. Basile)


Je vous salue dans le Seigneur, chers frères et sœurs, chers amis. Dans ces temps particuliers où nous ne pouvons pas nous rassembler physiquement, nous gardons un même cœur, le lien de l’Esprit. Nous sommes heureux de pouvoir vous proposer quelques chants et des sujets de prières : nous prions bien-sûr pour les autorités de notre pays ; nous prions pour le personnel soignant ; nous prions pour les malades ; nous prions pour les Églises et pour notre pays, afin que Dieu puisse le bénir.
Je vous propose de partager la Parole de Dieu pendant quelques instants. Je crois en effet que Dieu parle dans toutes les circonstances, comme par la circonstance actuelle.
Lisons le Psaume 46.
« Dieu est pour nous un refuge et un appui, un secours qui ne manque jamais dans la détresse. C’est pourquoi nous sommes sans crainte quand la terre est bouleversée, et que les montagnes chancellent au cœur des mers, quand les flots de la mer mugissent, écument, se soulèvent jusqu’à faire trembler les montagnes. – Pause.
Il est un fleuve dont les courants réjouissent la cité de Dieu, le sanctuaire des demeures du Très-Haut. Dieu est au milieu d’elle : elle n’est point ébranlée ; Dieu la secourt dès l’aube du matin. Des nations s’agitent, des royaumes s’ébranlent ; Il fait entendre sa voix : la terre se fond d’épouvante. L’Éternel des armées est avec nous, le Dieu de Jacob est pour nous une haute retraite. – Pause.
Venez, contemplez les œuvres de l’Éternel, les ravages qu’il a opérés sur la terre ! C’est lui qui a fait cesser les combats jusqu’au bout de la terre ; il a brisé l’arc, et il a rompu la lance, il a consumé par le feu les chars de guerre.
• Arrêtez, et sachez que je suis Dieu : je domine sur les nations, je domine sur la terre.
• L’Éternel des armées est avec nous, le Dieu de Jacob est pour nous une haute retraite. – Pause. »
En réfléchissant à l’Église, à nos rassemblements, j’ai repensé à l’idée que nous avions un jour émise : « Et si un jour nous ne pouvions plus nous rassembler. » Nous y voilà. Toutefois, Dieu continue de bénir dans les maisons, sa Parole court avec vitesse, dans les maisons et jusque dans nos cœurs. Au travers de ce psaume, et de ce que nous allons partager pendant ces quelques minutes, j’aimerais que nous puissions nous rapprocher de Dieu pour un peu plus Le connaître.
Ce psaume commence par une déclaration : la confiance du croyant. Cette déclaration repose sur trois éléments : Dieu est pour nous un refuge, un appui, un secours qui ne manque jamais dans la détresse.
Notre foi est basée sur la personne de Dieu, sur la nature de Dieu, sur l’œuvre de Dieu. Au travers de son Fils, Jésus, Dieu a accompli une œuvre parfaite à la croix du Calvaire. Indépendamment de ce que je pense, de ce que je ressens, ma foi est indéfectiblement basée sur Dieu lui-même. Paul dira dans 1 Corinthiens 2/4 :
« … ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d’Esprit et de puissance, afin que votre foi soit fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu. »
Il est Dieu. Il est parfait. Il est souverain. Il est tout puissant. C’est lui qui a créé le monde visible, le monde invisible. Il n’a besoin de rien ni de personne pour exister : il est en dehors et au-dessus de tout. Il a créé et il maintient toute chose. Il est parfaitement suffisant. Il est à la hauteur de toutes les situations. Le Psalmiste dira au Psaume 29/10 :
« L’Éternel était sur son trône lors du déluge ; l’Éternel sur son trône règne éternellement. »
Il est bon de savoir que notre Dieu est stable et solide. Il est le rocher des siècles, il est assis sur son trône et il contrôle toutes choses. Quand nous traversons des tempêtes morales, spirituelles, matérielles, quand il semble que tout va disparaître, qu’il ne restera potentiellement plus rien : Dieu est pour nous un refuge. Dans sa présence nous sommes en sécurité. Tout peut se déchaîner, il est notre paix.
Psaume 91/1 :
« Celui qui demeure sous l’abri du Très-haut repose à l’ombre du Tout-Puissant. »
Ce que nous sommes en train de traverser est comme une tempête qui s’abat sur notre pays non seulement, mais sur le monde entier. Il semble que rien ne va pouvoir arrêter ce virus. Pourtant, dans ces temps que nous vivons, Dieu est celui qui est notre refuge.
Proverbes 18/10 :
« Le nom de l’Éternel est une tour forte ; le juste s’y réfugie, et se trouve en sûreté. » Il est aussi un appui. Psaume 20/8-9 :
« Ceux-ci s’appuient sur leurs chars, ceux-là sur leurs chevaux ; nous , nous invoquons le nom de l’Éternel, notre Dieu. Eux, ils plient, et ils tombent ; nous, nous tenons ferme, et restons debout. »
Sur quoi ou sur qui nous appuyons-nous ? Dans cette crise, nous réalisons qu’un virus peut ébranler des nations, une économie, des habitudes de vie. Qui aurait pensé que notre monde était si vulnérable ? Réfléchissons à la fragilité de l’homme : rien n’est vraiment stable. Mais Dieu est pour nous un appui, lui ne change pas : en tout temps nous pouvons lui faire confiance. Ses promesses sont certaines.
Dieu est aussi un secours qui ne manque jamais dans la détresse ; nous pouvons trouver en lui un secours opportun. Il agit certainement, au bon moment. Il a toutes les ressources nécessaires, tout pouvoir dans le ciel et sur la terre. Nous trouvons dans le Nouveau Testament des exemples, des témoignages d’hommes et de femmes qui étaient dans la détresse mais qui ont été secourus par Jésus lorsqu’il est passé par là. Je pense notamment à cette femme qui était atteinte d’une perte de sang. Elle était dans une grande détresse, depuis 12 ans elle essayait de trouver la guérison mais son état allait en empirant. Elle entendit parler de Jésus. Il passa par là. Elle voulut le toucher, seulement le toucher. Rien ne l’a empêché d’aller jusqu’à lui et de le toucher, et lorsqu’elle le toucha, il la secourut, il la guérit. Jésus passait par là, près de chez elle et elle ne manqua pas de saisir l’occasion.
Bartimée, cet aveugle mendiant sur le bord du chemin, était dans une grande détresse aussi. Beaucoup de gens passaient à côté de lui, en bonne santé, avec des moyens. Lui était sur le bord du chemin. Mais un jour Jésus est passé sur ce même chemin, et un cri a suffi : « Fils de David, aie pitié de moi. » Et Jésus lui apporta au moment même ce secours opportun et le délivra de sa cécité.
Nous connaissons Dieu, nous savons qui il est alors nous nous appuyons sur ce qu’il est. Nous sommes sans crainte alors que nous nos repaires peuvent être mis à mal. Notre quotidien, nos habitudes, tout peut chanceler, mais le croyant est sans crainte car il connaît Dieu.
Nous avons raison de faire confiance à Dieu car au verset 6, nous lisons : « Dieu est au milieu d’elle : elle n’est point ébranlée ; Dieu la secourt dès l’aube du matin. » La raison de notre confiance, c’est la conviction de la proximité de Dieu. Nous savons qui Il est et Il est près de nous. Même si tout est bouleversé, celui qui a tout créé ne chancelle point, rien ne peut le déstabiliser. Combien il est rassurant de savoir que Dieu n’est jamais ébranlé.
Il est question également d’un fleuve dont les courants réjouissent la cité de Dieu – qui est Jérusalem. Nous savons toutefois que Jérusalem n’est pas traversée par un fleuve. Tout au long de la Bible, de la Genèse à l’Apocalypse, il est question d’un fleuve, d’un fleuve de bénédiction. Arrêtons-nous un instant sur le fleuve dont Ézéchiel nous parle, (47/1) :
« Et voici, de l’eau sortait sous le seuil de la maison de Dieu. »
Il s’agit d’n fleuve qui coule depuis le sanctuaire. Ce qui vient de Dieu et qui coule jusqu’à nous est une bénédiction rafraîchissante. Tout ce qui vient de Dieu est bon, et nous avons besoin de goûter, de sentir combien Dieu est bon. Dans les moments difficiles, nous voulons nous rapprocher un peu plus de lui et recevoir de lui toutes les ressources nécessaires pour aller jusqu’au bout., conscients de la présence de Dieu, et de sa puissance, qui ne tarde pas. « Dès l’aube du matin, Il la secourt. »
Et enfin, dans l’attente active, parlons du résultat de la confiance en Dieu : l’action de Dieu. Nous savons qui est Dieu, nous savons qu’il est présent et nous savons que sa présence est accompagnée de sa puissance à l’œuvre. Dieu agit. Là où tu es, chère sœur, cher frère, cher ami, Dieu veut te secourir et te faire sentir aussi sa présence. Nous ne sommes parfois pas conscients de sa présence, et pourtant il est bien là.
Dieu est, Dieu est présent et Dieu est agissant. Ses œuvres montrent sa grandeur. Il agit pour secourir ceux qui se confient en lui. Nous voyons aussi dans notre texte qu’Il a arrêté les combats, brisé l’arc. Il est également là pour apporter ce jugement, et bientôt ce jugement viendra pour tous ceux qui commettent le mal. Dieu est agissant, par amour bien-sûr, dans la grâce, mais un jour viendra le jugement. Nous voulons nous mettre à l’abri du jugement : Christ est notre refuge, notre forteresse, notre abri. Nous pouvons nous cacher en lui.
Pour terminer cette méditation : arrêtons-nous ce soir. C’est le conseil que ce Psaume nous donne : « arrêtez ». Arrêtons-nous dans nos activités, nos agitations, nos soucis, nos fardeaux. Arrêtons-nous un instant et « sachez que Je suis Dieu ». Si nous méditons sur la personne de Dieu, nous allons être remplis de paix, d’assurance. Le connaissons-nous vraiment ? C’est dans les moments difficiles que nous pouvons savoir si notre foi est solide.
Arrêtons-nous et méditons. Connaissons les attributs de Dieu, sa nature, sa puissance, son amour, sa sainteté. Dieu se révèle au travers de Sa parole et transforme notre cœur, si notre cœur est ouvert et que nous ajoutons foi à Sa Parole.
Arrêtons-nous et méditons aussi sur la proximité de Dieu, sa présence. Il est ici. Cher frère, chère sœur, cher ami, dans ta maison, maintenant, alors que tu vas prier, sache que Dieu est là. Réalisons-le dans notre cœur : « Seigneur Tu es là, et pas seulement pour m’observer mais pour me secourir. » Si nous croyons en sa personne, croyons également à ce qu’Il dit (« Dieu est au milieu d’elle »).
Arrêtons-nous et méditons enfin sur l’intervention de Dieu. Dieu fait ce qu’il dit dans la Bible, il est fidèle à toutes ses promesses. Nous pouvons invoquer son nom, Il est celui qui a compassion, Il est celui qui intervient.
Il est. Il est là et Il fait.
Que Dieu vous bénisse richement. Nous nous retrouverons prochainement pour partager des moments de prières, de louanges et nous partagerons aussi Sa Parole car nous croyons qu’Il se révèle au travers d’elle. Que Dieu soit béni.