LES DONS DE L'ÉSPRIT

LES DONS DE L’ESPRIT

Citation de Philippe Bouvard—« Les progrès dus à l’intelligence de l’homme sont-ils de nature à décourager les interventions de Dieu ? » Il réagissait au propos du Docteur Theuillier, responsable du bureau médical de Notre-Dame de Lourdes, qui impute aux avancés de la science, le recul du nombre de miracles constatés annuellement à Lourdes.

Nous avons toujours un peu de doute sur de tels miracles (d’origine Mariale). Mais chez nous, où sont passés les miracles ? Combien de chrétiens dans nos églises n'ont jamais vu un miracle ? En Amérique, la majorité des membres des Assemblées de Dieu dans l’église de Pentecôte, n’est pas baptisée du Saint Esprit.

Asaph exprimait bien nos sentiments, « le Très-Haut n’agit plus comme autrefois… » mais il savait au fond de lui-même « Car tu es le Dieu de miracles » (Ps. 77 : 11, 15).

Les dons de l’Esprit deviennent-ils les dinosaures des églises de Pentecôte ? Nous allons à la librairie chrétienne pour acheter des livres qui racontent les miracles que Dieu a faits autrefois ou ailleurs. Les ossements ne sont pas aussi beaux ou redoutables que le dinosaure lui-même.

Aujourd’hui, il y a même des « tests » pour vous aider à décider quels sont vos dons spirituels. Mais j’ai plutôt la tendance à croire qu’ils mesurent les capacités et les tendances que Dieu a mis en nous dès notre naissance, plus que les dons de l’Esprit.

a) Qu’est qu’un don de l’Esprit ?

Une intervention surnaturelle dans d’un chrétien pour l’aider dans l’évangélisation ou pour que l’Eglise soit édifiée. La Bible parle des « manifestations » de l’Esprit (grec : Phaneros = manifester)

* Par ces dons, il est manifesté, soit en parole soit en action, que Jésus est Seigneur (1 Cor. 12 :3).

* Ce sont les païens qui « se laissent entraîner aveuglement » (v.2). Je crois que le surnaturel va toujours sembler bizarre à celui qui ne connaît pas Dieu, et va toujours interpeller l’Eglise. Mais ce n’est pourtant pas nécessaire de nous laisser « entraîner ». C’est le Saint Esprit qui partage ses dons et l’attention doit se porter seulement vers Jésus. Il y aura des moments de débordements mais ce n’est pas dans toutes les réunions. Ce n’est pas nécessaire d’être en « transe » pour exercer un don de l’Esprit. L’esprit des prophètes est sujet aux prophètes.

 Une manifestation de l’Esprit est pour l’utilité commune et non pas pour l’élévation personnelle (v. 7).

* Les dons sont normalement éparpillés parmi tout le peuple de Dieu et non concentrés sur une personne (« à l’un est donné »—v. 8, 11).

* C’est l’Esprit qui décide qui aura tel don (11b) bien que nous ayons la liberté d’aspirer…

* Il y a peut-être certains dons et membres qui sont plus utiles ou plus en vue, mais chacun a une fonction importante, et sans ce don-là, le Corps en souffre (v. 22).

* Quand les membres et les dons fonctionnent comme il le faut, chaque membre souffre avec le membre qui souffre, et il se réjouit avec celui qui se réjouit (v. 25, 26).

* Les différentes personnes exercent différents dons

(v. 28-30).

 Certains dons sont « meilleurs » et nous pouvons « aspirer » à ces dons (v. 31). Lesquels ? Je crois pour le chrétien « normal » c’est le don de prophétie (14 :1).

 Sans amour ces dons et ministères ne font rien pour moi (13 :1-3). Il faut remarquer que Paul n’a pas dit que « sans amour, le don n’est rien ». C’est la personne qui les exercent. Ah, oui. Cela arrive que certains qui ont un cœur un peu louche, exercent pour un certain temps un don. Le don est réel, mais eux, ils sont hypocrites, ou profiteur. Normalement sans la repentance, le caractère pèse tellement sur le don que les résultats sont très mixtes après un certain temps.

 Le don ne valorise pas la personne à moins que cette personne ait l’amour de Christ dans le cœur (13 :4-8). Cela nous semble bizarre que le don et la personne ne soient pas toujours le même. Mais Dieu a parlé à Balaam par la bouche d’un âne. Peut-être qu’il le fait toujours, de temps en temps.

 Les dons disparaîtront quand le Seigneur reviendra (13 :10 ; 1 Cor. 1 :7). Même avec ces merveilleux cadeaux, notre vision est tellement limitée. Nous soupirons après la venue de notre Seigneur !

B) J’insiste sur l’aspect surnaturel de ses dons. Assez souvent, ils ont l’air tous naturel, mais c’est surnaturel. Souvent, on a donné à ces dons une définition qui n’a rien à voir avec une intervention surnaturelle.

- Par exemple, beaucoup disent que la prédication c’est le don de prophétie. Elle peut être prophétique, mais normalement ce n’est pas cela. Je crois que l’onction avec laquelle nous devrions prêcher est bien surnaturelle, mais en regardant le contexte de ce que Paul dit de la prophétie, je crois que c’est évident que c’est autre chose que la prédication et l’enseignement.

- D’autres disent que Dieu agit par la main des médecins pour opérer sa guérison. Je glorifie Dieu pour les médecins. J’y vais moi-même. Je ne doute pas que la médecine vient du Seigneur et que Dieu agit avec les bons médecins. Mais, ce ne sont pas les dons de guérison dont il est question dans la Bible.

Nous essayons tellement de conformer la Parole de Dieu à notre expérience au lieu de chercher Dieu pour la vraie manifestation de son Esprit.

C) Il y en a qui insiste tellement sur les dons et les miracles, qu’ils les banalisent. On ne voit pas un miracle toutes les cinq minutes. Autrement, l’impact est perdu.

- D’autres sont toujours en train de nous casser les oreilles avec, « Où sont les miracles d’autrefois ? Si nous avions la foi comme les gens d’autrefois nous entrerions dans l’hôpital, et nous guéririons tous les malades ». Ils nous culpabilisent. Mais eux non plus, ils ne voient pas grand chose. Alors, peut-on critiquer si on est dans la même situation ? A l’étang de Bethesda, Jésus n’a pas guéri tous les malades. Il y a eu une seule guérison que le Père cherchait à ce moment-là.

d) Mais pourquoi Dieu a-t-Il donné les dons ? (Prenons un moment pour fouiller dans les Actes des apôtres. Voir les actes surnaturels et quelle était la suite de chaque intervention de l’Esprit 1 :3/12 ; 2 :2-4/ v, 7, 37, 41 ; 3 :7, 8/10b, 4 :4 ; 4 :8, 13 ; 4 :29-31/v.31-37 ; 5 :3/5, 11-16/v 14, 17 ; 5 :19, 6 :8/11, 7 :55, 59 ; 8 :6, 7, 12/v. 8, 8 :15, 17/19 ; 8 :39 ; 9 :3, 10, 18 ; 9 :34/35 ; 9 :40, 42 ; 10 :3, 11/44 ; 11 :28/29 ; 12 :7/11 ; 13 :2/3 ; 13 :11/12 ; 14 :1/1 ; 14 :3; 14 :9, 10/11, 19, 20 ; 16 :6-9/10 ;16 :18, 26/30 ; 18 :10/11 ;19 :5, 611, 12/10 ; 19 :15-20 ; 20 :9,10/12 ; 21 :11, 13 ; 23 :11 ; 27 :10, 22-25/44 ; 28 :5/7 ; 25 :8,9/10 ; 28 :25-28/30) guérisons, visions, anges, prophéties, direction divine, etc.

* révélation de Dieu/Sa louange

* croissance de l’Eglise/salut des âmes

* édification de l’Eglise et des membres individuellement

Ce sont des indications du ciel, les « petites révélations de Jésus ». Jésus a promis que les apôtres rendront témoignage de Lui, mais aussi l’Esprit. Quand la main de Dieu a agi comme ça, ses ennemis avaient mal à renier la vérité du Seigneur, surtout que eux n’avaient pas la même puissance.

e) Pourquoi ne nous les voyons pas si souvent ?

Dieu fait-il-la grève ?

- L’ambiance dans laquelle les dons se produisent.

Compassion/foi (la foi agit au travers l’amour)

- La science, nous aurait-elle enlevé la foi ? Comparer par exemple notre société où l’idée est que tout s’explique par une réponse naturelle. Si nous ne savons pas pourquoi quelque chose est arrivée, nous pensons qu’il doit exister une explication naturelle quelque part. Si nous entendons un bruit que nous ne pouvons pas expliquer dans la nuit, nous ne disons pas que c’est un fantôme. Dans beaucoup de sociétés du monde, il y a une croyance aux anges et aux démons, etc.… qui fait que le surnaturel ne surprend pas. Quand nous disons que Jésus guérit, c’est dans le « world view » qu’une telle chose est possible. Mais dit cela à un européen…. Le « world view » (façon de voir et organiser la réalité dans notre esprit,) contribue-il, à ce que nous voyons les miracles ou non ?

- Y a-t-il un élément de désespoir dans la foi qui manque, parce que notre foi est beaucoup dans la science ? Nous devrions être les « mendiants » dans la foi. Bénis soient les pauvres en esprit.

f) Comment allons-nous faire pour qu’ils soient plus présents dans nos églises et nos vies ?

prêcher/étudier/désirer/oser/agir

II.

Quels sont les dons ?

1. dons de ministère (des personnes) Eph. 4 :11.

2. dons de l’Esprit. (1 Cor. 12 :8-10). Cette liste, inclut-elle tous les dons ? Nous savons qu’au moins ces neuf sont de l’Esprit.

3. les activités différentes.

I Cor. 12 :4-6

Ces dons existent pour bâtir l’église et non pas pour augmenter l’importance de l’individu qui les manifeste (12 :7). Si l’ennemi n’arrive pas à nous empêcher de croire pour que ces manifestations soient en évidence dans l’église, il a une autre manœuvre. Il nous gonfle d’orgueil.

D’après tout, c’est assez intoxicant de prier pour quelqu’un et que cette personne soit guérit, n’est pas ? C’est facile à croire ce que l’ennemie murmure dans votre oreille lors d’une révélation que le Seigneur nous donne. « Vous etes vraiment fort dans le Seigneur, tu sais ? » L’orgueil y croit—la jalousie et la division le suivent—et le diable rigole.

Ce n’est pas étonnant que le plus beau discours concernant l’amour dans toute la Bible se trouve au beau milieu de cet enseignement sur les dons de l’Esprit. Cela nous étonne mais ce ne sont pas les dons de l’Esprit qui marquent une personne comme spirituelle. Ce sont les fruits de l’Esprit qui indiquent qu’un homme est mature (Gal. 5 :22, 23). Ecoutez une description d’une personne spirituelle (1 Cor. 13 : 4 à 8).
Les Dons Spirituels

Combien y en a-t-il ? Certains comptent beaucoup, mais il y en a au moins neuf !

Stanley Horton a noté, « Mais Paul ne dit pas de ces neuf dons, ‘Ce sont les dons de l’Esprit.’ Il donne simplement la liste disant, ‘voici un don donné par l’Esprit, puis un autre par le même Esprit. L’insistance est sur le fait qu’ils viennent du Saint Esprit, pas en disant que tous les dons sont cités. » (« Ce que la Bible enseigne sur le Saint Esprit, » Horton, S. p. 209).

Dans cette étude nous nous limiterons pour la plupart à ses neuf dons.

Il faut noter qu’il existe des idées différentes en ce qui concerne la définition de ses dons. Je n’ai aucune notion que je sais tout et que ce que je dis est la dernière parole. J’offre ces aperçus basés sur ma compréhension de la Parole de Dieu et de mon propre expérience.

Ces neuf se regroupent en triades :

dons d’expression, dons de puissance, dons de révélation.

A) les dons d’expression sont : le parler en langues, l’interprétation des langues et la prophétie.

 

1. le parler en langues (au moins 4 raisons pour que le Seigneur l’ait donné) Divers sortes de langues : langues connues, inconnues, ou peut-être même le langage des anges (13 :1)

 évidence initiale du Baptême du Saint Esprit. En Actes, 3 fois (parmi les 5 instances où nous voyons les gens baptisés dans le Saint Esprit), il est dit clairement qu’ils parlaient en d’autres langues. Les deux autres fois peuvent être inférées. Certains argumentent qu’on ne peut pas établir la doctrine à partir des récits historiques comme Actes. La question que je pose est simplement : Qui l’a dit ? Si c’est une instance isolée et obscure, oui je comprends. Si c’est quelque chose en conflit avec la révélation dans la Parole, je comprends. Mais ici, Luc détaille comment c’était dans l’église primitive

 (la doctrine des épîtres en action). Il était un compagnon de celui qui a écrit une grande partie des épîtres et nous a donné par l’Esprit une grande partie de notre doctrine. Paul a sans doute lu ce que Luc a écrit. Moi, je dirais plutôt que les Actes des Apôtres et les Evangiles nous montrent la doctrine en action. Le problème qui se pose est que les gens cherchent le parler en langues au lieu de chercher d’être baptisés dans l’Esprit. Le parler en langues est loin d’être le seul signe du baptême, et si c’étais le seul signe que j’avais, je me poserais des questions.

 Une aide qui édifie le chrétien dans sa vie de prière. « Il s’adresse à Dieu » « Il parle des mystères » (peut-être Paul les compare aux paroles des adeptes des groupes secrets qui avaient certains mots que seulement les illuminés connaissaient. Ce serait une autre façon de parler sans que quelqu’un de l’extérieur comprend), « il s’édifie lui-même » v. 4 ; l’apôtre désire que tout le monde parle en langues, v. 5 ; quand je prie ainsi mon esprit est en prière, v. 14 ; Le parler en langues sans interprétation n’est pas pour l’édification de l’église « vous parlerez en l’air » v. 8. (ex. les deux pasteurs dans la vidéo qui se parlaient assez longtemps l’un à l’autre en d’autre langues. A mon avis, ce n’est pas biblique) ; dans l’église, il y a des dons qui sont plus utiles que le parler en langues, v. 19 ; si tout le monde parle en langues très forts au même moment, un inconverti sera peut-être choqué par ce qu’il voit et par ce qu’il ne comprend pas du tout, v. 23 ; si on parle en langues (fort) dans l’assemblée il faut qu’il demande l’interprétation du Seigneur ou se désister et parler doucement à lui-même, v. 13, 28 ; le contenu du parler en langues sera quoi ? Des bénédictions et des remerciements au Seigneur v. 16, 18. Est-ce que l’Esprit peut lancer un appel aux inconvertis ou aux rétrogrades par un parler en langues et son interprétation ? Peut-être. Regardez le contenu de la prophétie au v. 24. Certains disent que le parler en langues est toujours dirigé vers Dieu. Mais je crois qu’on peut faire un argument assez fort des versets 21 et 24. Dieu s’adresse à nous au travers de ses expressions. Nous pouvons même chanter en langues au Seigneur dans notre vie de prière privée, v. 15. Le chant en langues dans une réunion de l’église doit-il être interprété ? J’ai la tendance à dire que ce serait mieux, mais c’est moins commun et je crois qu’il y a une puissance d’interpeller dans la musique même. Je vous donne mon avis. Cela ne devait pas être long, et je crois qu’il est surtout mieux s’il est interprété. Et si tout le monde chante en langues en même temps ? J’ai été présent quand cela est arrivé et je dois être franc, d’un point de vue personnel je croyais que c’étais très édifiant pour l’Assemblée. C’était un moment quand tout le monde priait ensemble et cette façon de louer le Seigneur, marchait très bien dans le cadre. Encore je donne mon avis personnel. Je ne crois pas que Paul ait cité tous les cas possibles pour des expressions de l’Esprit et personnellement, je crois que ceci édifie.

Ces langues sont une aide précieuse dans notre vie de prière. Le parler en langues, accompagné par l’interprétation a sa place dans le culte mais il doit être exercé en ordre (pas plus de deux ou à la limite trois, v. 27, 39, 40).

Quand Paul pose la question, « Tous parlent-ils en d’autres langues, » 1 Cor. 12 :30, il est evident qu’il parle d’une autre chose que le parler en langues dans la priere privée. Il dit clairement qu’il desire que tous parlent en d’autres langues (14 :5). Mais nous parlerons maintenant du parler en langues qui est pour toute l’église.

 Par lui l’Esprit édifie l’Eglise, si cela est accompagné d’interprétation. Il est possible que le parler en langues avec son don compagnon, l’interprétation des langues, porte une bénédiction qui équivaut à celle de la prophétie (v. 5b). Normalement, il ne devrait pas être plus de deux ou au plus trois à parler en langues avec l’interprétation. Si personne ne les interprète, il faut que celui qui parle reste silencieux.

 

 Le parler en langues est un signe qui interpelle les inconvertis. V. 21, 22. Je ne crois pas que le signe qui les interpelle est, celui de v. 23 quand tout le monde parle d’une haute voix ensemble en langues. Les non-convertis ne sont pas forcement frappés non plus quand l’église passe une grande partie de la réunion en parlant en d’autres langues pendant que les autres attendent qu’ils terminent. Le problème vis à vis des inconvertis ne semble pas être le fait que quelqu’un parle en d’autres langues. Il y a une certaine valeur de « choque » qui risque de piquer leur attention. Le problème était pour ceux qui ne faisaient que cela ou qui parlaient très fort pour très longtemps. Nous pouvons contrôler notre esprit v. 32. Nous ne devons pas nous laisser entraîner comme les païens de 12.2. Dieu ne nous oblige pas, bien que parfois les sentiments et les émotions spirituels soient très forts. Notre cœur doit être pur avec le désir de bénir l’église, non pas de montrer combien nous sommes spirituels. Les parlers en langues sont surtout un signe quand les langues parlées sont connues par l’incroyant, comme au jour de la Pentecôte.

 Le parler en langues peut nous aider dans les prières d’intercession. Cela nous arrive de ne pas savoir comment prier et l’Esprit vient à notre secours, priant exactement selon la volonté de Dieu (Rom. 8 :26-28). Il existe plusieurs témoignages des gens réveillés la nuit avec le fardeau de prier pour une autre personne. Puisqu’ils ne savaient pas quoi prier, le Saint Esprit intercédaient par leur cœur et leur bouche. Je ne sais pas quel est cet effet dont Paul parle en Rom. 8 :26-28 lorsqu’il parle des soupirs inexprimables, mais c’est quand même une chose que l’Esprit fait parfois.

Cela peut être le parler en d’autres langues, mais peut-être il est autres choses.

 De mon expérience le parler en langues est un don qui nous aide à entrer dans la présence de Dieu et qui « met le feu » à nos prières personnelles. Assez souvent, il nous semble que nos prières sont sèches ou vides. L’Esprit vient dans le parler en langues pour la donner la vie à nos prières.

L’interprétation des langues est le don de rendre dans une langue connu de l’assemblée ce qui a été dit en d’autres langues. A mon avis, ce n’est pas forcément une traduction, mot par mot, mais une expression qui donne le sens de ce qui a été dit. Celui qui parle, peut donner l’interprétation ou bien cela peut être une autre personne de l’assemblée. Celui qui parle en langues est invité de prier pour l’interprétation. S’il n’y a personne dans l’assemblée qui interprète, que celui qui parle se tait, au lieu de recommencer de parler en langues (14.13)

HAUT DE PAGE