Edmilson

 

CE CLUB EST BENI !


A priori, il ne semble pas que José Edmilson Gomes de Moraes, (ou tout simplement Edmilson), manque de confiance.“ Ce club (l’Olympique de Lyon) est béni puisque Edmilson est là !” C’est ce qu’il a affirmé au journal “ France Football ” en avril, l’année passée.

Il ne s’agissait pas de vantardise, mais simplement d’une conviction qui jaillissait de sa foi profonde en Dieu ; il était sûr que c’était Dieu qui l’avait envoyé à Lyon.Il y avait bien d’autres opportunités pour le capitaine de la grande équipe brésilienne de Sao-Paulo.Il croyait que Dieu le voulait en France !“ Je crois que si je suis à Lyon, ce n’est pas seulement en raison de ma profession, mais aussi pour proclamer l’Evangile “.

Quelques mois plus tard, lorsque les Lyonnais ont dansé sur le terrain et embrassé joyeusement la Coupe de la Ligue -leur première coupe en 28 ans son affirmation au journal “France Football “ semblait prophétique…

Mais les surprises commençaient seulement. Au cours du mois de juillet qui suivit, le jeune Brésilien a réalisé le rêve de tous les footballeurs titulaires au sein de son équipe nationale qui a remporté la Coupe du Monde devant l ’Allemagne !

L ’enfance, pas si prometteuse !

C’est au-delà des rêves les plus fous qu’il aurait pu avoir. Alors qu’à l’age de onze ans il a dû aller travailler avec ses parents à l’orangeraie, qui aurait imaginé qu’il deviendrait le célèbre footballeur que le site web de l ’UEFA décrit comme ceci : “ Le défenseur qui a de la classe et un oeil sur le but est devenu une grande influence pour Lyon ”?

Pourtant dans son enfance, c’était la pauvreté qui le guettait. Il confie “ Il y avait toujours un vide en moi “.Ce vide,il essayait de le combler avec le football et ...l ’alcool.“ Travaillant dans l’orangeraie, j’ai commencé à boire.Les week- ends, je sortais avec mes copains et je rentrais à la maison, très tard la nuit, complètement saoul ”.

Quelques années plus tard, ses prouesses de footballeur lui ont ouvert la porte pour jouer dans un petit club régional. Le club a bientôt eu des difficultés et les joueurs les ont partagées.

C’est à ce moment-là qu’Edmilson a fait une expérience qui a bouleversé sa vie, lui donnant une toute autre orientation.

Un joueur pas comme les autres

Un joueur nommé Edson l’invitait avec insistance aux réunions d’un groupe d’athlètes chrétiens : “ Les Athlètes du Christ ”.Moi, je m’excusais en disant que j’avais déjà ma religion, mais, en même temps,j ’étais curieux de savoir ce qui se passait au cours de ces réunions “.Il y alla une fois mais il ne voulut rien entendre.

 Puis un jour il y eut deux petits groupes qui passèrent du temps dans le centre de formation de l’équipe. Edmilson faisait partie du groupe qui jouait aux cartes tandis qu ’ Edson parlait de la foi en Dieu au groupe juste à côté. “Après quelques instants, sans même m’en apercevoir, je me suis retrouvé dans le groupe qui parlait de la Bible. Cette fois, avec un coeur assoiffé, j’écoutais attentivement parler de ce Dieu qui pouvait changer toutes les situations.”

Peu de temps après, il est revenu assister à une des réunions des chrétiens. Cette nuit-là il écouta l’évangile de Jésus-Christ avec foi. L’orateur défiait les participants d’aller au delà d’une religion et d’avoir une relation personnelle avec Jésus. Il lança un appel pour faire une démarche personnelle pour accepter Jésus.

“ Je l’ai fait ce jour-là, en demandant à Dieu qu’il change ma vie ” se souvient-il. Le changement eut l’effet d’un tremblement de terre : “ Je dévorais la Parole de Dieu, la Bible, le matin, l’après-midi, le soir et à chaque moment libre. Par la lecture de la Bible et avec l’aide d ’Edson, les choses ont commencé à changer dans tous les domaines de ma vie ”.
Une semaine après sa conversion il a été baptisé du Saint-Esprit. “ Cette action de l’Esprit de Dieu dans ma vie me transforma et me libéra de l’emprise de l’alcool“.

São Paulo et la chute

Il y eut aussi un déclic dans sa vie de footballeur. A l’age de 17 ans il accéda à l’équipe professionnelle de son club puis, un an plus tard, la célèbre équipe de Sao Paulo l’appela. Il vivait son rêve de petit garçon. Son talent naturel l’amena vite à être parmi les titulaires de l’équipe junior.

Il semblait que tout allait bien. Mais il du  beaucoup travailler à ce niveau, et il n’était pas habitué à une grande ville comme Sao Paulo. Pendant plusieurs mois il a oublié Dieu, il n’est plus allé à l’église, et il a sombré à nouveau dans l’alcoolisme.

Heureusement Dieu n’avait pas oublié Edmilson. Un pasteur avec un ministère parmi les joueurs de l’équipe l’a invité à l’église. Le jeune joueur résistait mais le Pasteur persévéra.

Quand Edmilson revint à l’église, son amour pour le Seigneur Jésus et son engagement pour lui revinrent comme un torrent. Vous voyez cet amour exprimé lorsqu ’il enlève son maillot après le match, et qu’il révèle son t-shirt avec le slogan, “ J’aime Jésus “, bien en vue pour les millions de téléspectateurs.

Il aime beaucoup parler de ce que le Seigneur Jésus a fait pour lui, surtout aux jeunes. “ Ca chauffe le coeur quand je parle du Seigneur !” Et il a un désir brûlant de voir d’autres personnes expérimenter la même liberté qu’il connaît.

“ Aujourd’hui, je suis reconnaissant au Seigneur parce qu ’Il m ’a libéré de l ’emprise du péché et je suis devenu son enfant,ce qui est mon plus grand titre.“
Tout comme le joueur Edson lui a parlé,il y a maintenant presque dix ans, Edmilson lance aujourd’hui un défi aux autres :“ Dieu a un plan pour ta vie, Il peut agir dans la tienne et te placer là où Il veut !“

Une grande partie de cet article se base sur le témoignage d ’Edmilson. Pour le lire dans son intégralité consultez le site web de son église : www.cielouvert.com

 

Haut de page