Jésus est venu chercher et sauver

Jésus est venu chercher et sauver ce qui était perdu.

Nous allons parler d'une rencontre, d'une révélation, d'une transformation, d'une bénédiction.

Évangile Luc 19.1-10
« Jésus, étant entré dans Jéricho, traversait la ville. Et voici, un homme riche, appelé Zachée, chef des publicains, cherchait à voir qui était Jésus ; mais il ne pouvait y parvenir, à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut en avant, et monta sur un sycomore pour le voir, parce qu'il devait passer par là. Lorsque Jésus fut arrivé à cet endroit, il leva les yeux et lui dit : Zachée, hâte-toi de descendre ; car il faut que je demeure aujourd’hui dans ta maison. Zachée se hâta de descendre, et le reçut avec joie. Voyant cela, tous murmuraient, et disaient : Il est allé loger chez un homme pécheur. Mais Zachée, se tenant devant le Seigneur, lui dit : Voici, Seigneur, je donne aux pauvres la moitie de mes biens, et , si j'ai fait tort de quelque chose à quelqu'un, je lui rends le quadruple. Jésus lui dit : Le salut est entré aujourd'hui dans cette maison, parce que celui-ci est aussi un fils d'Abraham. Car le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

Relisons ce dernier verset : « Car le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »
C'est là la mission de Jésus, il est venu pour cela, pour chercher le pécheur, l'homme, la femme qui se tiennent loin de Dieu. Il est venu pour se révéler et transformer des vies.

Dans Jéricho, ce jour-là, Jésus sauve un homme. Ce homme ne sera plus jamais le même après avoir entendu Jésus, après que ce dernier soit entré dans sa maison. Après avoir reçu l'évangile, Zachée ne sera plus jamais le même.
Zachée a trouvé une nouvelle espérance.

La ville de Jéricho.
Arrêtons-nous un instant sur cette ville de Jéricho. L'étymologie nous indique que Jéricho signifie « ville de la lune », « ville des palmiers ». Il s'agissait d'une ville touristique, de loisirs. Quelle différence avec Jérusalem qui était le centre religieux du pays, le lieu où la parole était annoncée, la ville où se trouvait tous les sacrificateurs, les prêtres, etc.
Dans la parabole connue du Samaritain , le sacrificateur allait passer quelque temps de vacances à Jéricho. C'était une belle ville.
Mais une malédiction pesait sur elle : depuis des siècles et des siècles . Elle avait été, d'une certaine manière, maudite pas le Seigneur. Et pourtant, le miracle s'est produit dans cette ville.
Jéricho a été détruite par deux fois. Celle d'aujourd'hui repose sur les restes de deux autres ! Lors de fouilles, des archéologues ont tout d'abord trouvé que cette Jéricho ne correspondait pas aux dimensions données dans le livre de Josué (chapitre 6). Mais en creusant encore un peu, ils découvrirent une autre Jéricho.

Cette ville a été maudite par le Seigneur car ses gens se tournaient uniquement vers le mal. Même les eaux étaient maudites. À l'époque d'Élisée, la Bible nous dit que les eaux étaient amères, qu'elles n'étaient pas propres à la consommation . Élisée les a assainies. Quelle transformation quand Dieu intervient. Même ce qui est maudit, peut être béni.

Cette ville, avec ses eaux, est à l'image de notre monde : les hommes se tournent toujours vers le mal, mais Dieu n'abandonne pas.
Vous souvenez-vous de cette prostituée, Rahab ? C'est à Jéricho qu'elle et toute sa famille furent sauvées. C'était une femme de mauvaise vie... qui fut sauvée.
Bartimée se trouvait au bord du chemin, aux abords de Jéricho. Lorsque Jésus passa à proximité de lui, il lui cria « Fils de David, Jésus, aie pitié de moi !». Plusieurs le reprenaient pour le faire taire, mais lui, il criait encore plus fort.
Aujourd'hui, nous aussi, crions toujours plus fort que le Seigneur intervienne parce qu'aux cris de Bartimée, Jésus s'est arrêté. Appelez-le.
Maintenant, Jésus entre dans Jéricho et la bénédiction va atteindre un homme.
Jéricho est un peu l'histoire de notre monde : au début de l'humanité, Dieu a également dit que la terre soit maudite. Mais entre le ciel et la terre, il y a toujours eu une histoire d'amour. Dieu n'a jamais abandonné la terre, l'humanité.

Le désir de Dieu ? Nous bénir.
« Car je connais les projets que j'ai formés sur vous, dit l'Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance. » Dieu nous aime. Il n'aime pas le péché ni ce que font les hommes, mais Dieu aime les hommes .
Oh ! Combien le Seigneur veut nous bénir. Comprenons son plan de salut, de délivrance et courrons vers lui.

Jéricho : image de notre monde
Que de miracles dans cette ville pourtant maudite. La grâce a touché Jéricho qui, je le répète, est l'image de notre monde où le mal domine sur le bien.

Jésus est venu faire une opération de sauvetage : extraire l'homme de son péché, de l'angoisse, du mal. Dieu veut nous délivrer encore aujourd'hui.
Quand Jésus vient dans un lieu, il l'éclaire, le purifie, le délivre. Les démons ne peuvent rester et cohabiter, ils sont obligés de partir. Dans le nom de Jésus est la pleine délivrance.
Il est venu chercher ceux qui souffrent, qui crient à lui, qui ont soif de vérité, qui pleurent. Il est venu nous tendre une main secourable.

Zachée veut dire « pur, justifié ». C'est comme une prophétie sur sa vie. Il ne l'était pas encore, pur, car il était pécheur, loin de Dieu, dans les ténèbres. Il le sera, après cette rencontre. Un cœur nouveau. Un être heureux.

La vie de Zachée
Zachée était riche mais malheureux, rejeté. Son cœur était vide. Dans le monde, aujourd'hui, on nous fait croire que la célébrité, l'argent, la réussite, sont autant de choses qui peuvent nous rendre heureux. Mais l'homme a besoin de Jésus-Christ. Combien de gens riches sont en fait malheureux ! Seul Jésus peut apporter la paix, le bonheur et l'espérance.

Sa profession le mettait à part et attisait la haine, les critiques des hommes. Il travaillait pour l'occupant romain. Mais au fond, à qui la faute ? Au peuple d'Israël qui s'était éloigné de Dieu qui avait permis cette occupation. Tant qu'Israël restait dans les voies de l'Éternel, le peuple ne craignait rien. Mais il s'en est éloigné. L'occupant est arrivé.
La demande de Zachée est simple : « je veux voir Jésus ». Il veut l'entendre, se rendre compte si sa renommé est bien fondée.
À l'époque, on parlait beaucoup de Jésus, mais pas uniquement en bien. Il ne passait jamais inaperçu ; il était loin d'être un anonyme. Zachée voulait simplement le voir. Jésus n'a jamais laissé personne indifférent : de ses contemporains, certains l'ont aimé, accepté, d'autres l'ont haï, rejeté.
Des pages d'amour ont été écrites : des guérisons, des délivrances, des pardons. Et des pages sombres ont aussi été écrites : faux témoins, faux procès, fausse condamnation.

On dit de lui, Jésus, que jamais homme n'a parlé comme cet homme : de sa bouche sortait des paroles de délivrance, de vie et d'espérance.
Personne n'a inspiré autant de livres. Toutes les associations, les missions, tout ce qui a été construit pour Jésus... Non, personne ne reste dans l''indifférence face à Jésus. Et 2 000 ans après, on parle encore de lui.
Car Jésus a donné une espérance réelle. Dans ce monde, on dit qu'il n'y a plus d'espérance, mais nous nous savons qu'avec Jésus nous avons l'espérance, l'éternité. Combien il est bon de savoir que Jésus est présent dans nos cœurs. Il nous apporte la paix. Nous pouvons entendre beaucoup de mauvaises nouvelles, mais en ouvrant la Bible, nous pouvons lire LA bonne nouvelle.

La révélation de Zachée
La simple recherche de Zachée va le conduire au -delà de tout ce qu'il aurait pu imaginer : une révélation extraordinaire. Cela commence toujours par des débuts insignifiants, mais la recherche peut déboucher sur une révélation. La curiosité de Zachée s'est transformée en révélation.

Zachée est un homme qui va surmonter les obstacles. En effet, il y a toujours des obstacles lorsque l'on veut rencontrer Jésus, lire la Bible, prier ou encore aller à l'église.
- D'abord, Zachée est de petite taille. C'est le symbole de la faiblesse humaine. Il aurait pu abandonner, se dire qu'il n'y arriverait jamais, qu'il avait envie, mais qu'il ne pourrait pas. Peut-être toi aussi te dis-tu cela : « j'aimerais mais je n'y arriverais jamais. J'aimerais rencontrer Jésus, mais je ne sais pas comment, je n'ai pas la force. » C'est cela la faiblesse humaine. Mais c'est sans compter sur la puissance de Dieu.
- Ensuite, il y a la foule, le qu’en-dira-t-on :« que vont penser les autres, ma famille, mes enfants, etc. ». On a peur de s'approcher de Jésus pour cela parfois. Mais dans le ciel, il n'y aura plus de famille, plus de qu’en-dira-t-on ni autre : on sera seul avec le Seigneur. On sera seul à comparaître devant lui, et nous rendrons compte à Dieu, chacun pour soi-même . Jésus nous appelle chacun en particulier à venir à lui. Le salut est une affaire personnelle.

La soif, la recherche, la foi dans le cœur de Zachée vont lui permettre de surmonter tous les obstacles. Si tu cherches réellement, sincèrement, avec vérité, Dieu va te répondre. Jésus a dit : « Demandez, et l'on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez et l'on vous ouvrira. » Nous pouvons donc avoir confiance.

Zachée cherchait à voir qui était Jésus. Ce désir dans son cœur va devenir réalité. Le désir, avec la volonté, aidé de la foi, devient réalité. Aujourd'hui, chacun d'entre nous, avec les yeux de notre cœur peut voir Jésus, touché par sa grâce. « Et si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi et qu'il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive couleront de son sein. » Son désir est devenu réalité car il a trouvé. Beaucoup ont cherché et ont trouvé, et Jésus s'est révélé.

L'amour de Dieu
Rien ne peut arrêter l'amour du Seigneur si ce n'est notre propre refus. Cet amour-là transperce les murs, les écorces les plus épaisses et arrive droit au cœur. Il vient nous chercher et nous atteint là où nous sommes. Si on veut se cacher, Jésus nous voit. Il nous connaît parfaitement.
Le drame dans notre monde, c'est le péché qui nous sépare de Dieu et les uns des autres. Voyez Zachée qui était à part des autres. Mais quand on se rapproche de Dieu, on se rapproche les uns des autres.
Adam et Ève, après avoir péché, se sont cachés parmi les arbres. Mais Dieu les a vus. Aucun arbre ne pourra nous cacher, aucune image que l'on renvoie non plus. Dieu connaît parfaitement notre cœurs.

L'appel de Jésus est clair. Simple. Comme Dieu a vu Adam et Ève et les appelés ; comme Jésus a vu Nathanaël sous le figuier , Jésus nous dit encore aujourd'hui, comme à Zachée autrefois, « Descends ». C'est tout. Descends. Ne t'élève pas, ne te cache pas. Il faut un tête à tête avec Jésus.
Lui, Jésus est descendu de son ciel de gloire sur la terre. Il est descendu du ciel avec un corps d'homme, le langage des hommes : quelle preuve d'Amour. Sur une terre maudite, il est venu chercher ceux qui étaient perdus. Il n'est pas resté dans le ciel, il est venu ici-bas à la rencontre des hommes, dans leur vie de tous les jours, leur tendre une main secourable. Quel Dieu extraordinaire ! On pourrait se dire « Dieu est dans le ciel, moi je suis ici avec mes problèmes... », mais on ne serait pas honnête : Jésus est au milieu de nous et Il vient encore maintenant pour vous secourir et vous sauver maintenant où vous êtes, dans votre situation.
Que le Seigneur puisse atteindre nos cœurs.

« Il faut que je demeure aujourd'hui dans TA maison », dit Jésus à Zachée. Dieu veut habiter dans notre lieu de vie, notre intimité, dans ce qui est précieux pour nous. Dieu n'habite pas dans un temple fait de main d'homme , mais là où nous sommes. La religion est un acte extérieur, un moment passé, un devoir accompli. Dieu, lui, veut venir et se tenir là où nous sommes. Dans nos soucis, nos joies, nos peines. Dans nos cœurs. Le salut c'est cela : Jésus dans nos cœurs. Il vient pour sanctifier notre cœur, pardonner nos péchés.
On a donné une image très négative de la foi, comme un moment spirituel à l'église qui se termine dès qu'on en franchi le seuil. Non. Dans l'Ancien Testament, quand Dieu prescrit une loi, un commandement, Il demande à se que Sa parole soit comme un signe sur nos mains, comme un fronteau devant nos yeux, écrite sur les poteaux de nos maisons et sur nos portes , autrement dit au niveau de nos pensées les plus secrètes. Dieu veut habiter là.

Descends !
C'est ce que Jésus veut vous dire, à vous : « descends ». Il faut que je demeure chez vous, dit-il. Quand ? Aujourd'hui !
Quand quelqu'un se décide pour Dieu, qu'il lui demande de venir habiter dans son cœur, c'est magnifique : il est purifié, délivré. Peut-être vous voyez-vous comme quelqu'un de petite taille à cause de votre manque de force, votre peur de ne pas y arriver, des contraintes... Je vous dis NON ! Jésus, quand il vient habiter en nous, il nous donne une nouvelle vie, avec un nouveau cœur, un esprit nouveau et tout est nouveau. On ne fait plus d'efforts pour ne plus aimer ceci ou cela, on aime Jésus. C'est tout.

Pourquoi ne pas laisser toute notre vie au Seigneur ? Pourquoi seulement quelques heures, ou dans un lieu concret ? Qu'il vienne là où on cache encore des choses. Lui connaît tout parfaitement, il voudrait agir jusque-là. C'est ça le salut : il veut pardonner nos péché, tous, il veut purifier notre cœur tout entier.
Pourquoi ne pas y réfléchir ?
Jésus veut venir à la source pour la purifier, comme Élisée a purifié les eaux de Jéricho. Aujourd'hui Jésus veut purifier notre cœur, nous pardonner. Il ne doit exister aucun jardin secret devant Dieu : il faut tout donner au Seigneur. Il a le droit de venir partout. Il ne doit subsister aucune zone d'ombre.

Mais pour cela, il faut tout d'abord descendre. Cette descente nous parle de repentance, de s'abaisser, de s'humilier, reconnaître nos péchés puis laisser Dieu agir dans tout. Dieu veut changer la source au travers du sang de Jésus, versé à Golgotha.
Personnellement, avant de rencontrer Jésus, j'aimais les choses visibles plus que Dieu. Mais depuis qu'il est venu habiter dans mon cœur, je l'aime avant tout autre chose, comme il est écrit « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force. »

Une source d'eau vive
Quand la source est changée, ça se voit et ça s'entend. C'est ce que l'on appelle le fruit de la repentance. Dans le cas de Zachée, nous le voyons au verset 8 de notre passage, dès que son cœur a été changé, il est prêt à œuvrer pour le bien. « Le salut est entré. »
Le salut, en effet, ne consiste pas seulement en paroles, à affirmer quelque chose, mais c'est un fruit qui se voit. Lorsque Dieu habite dans un cœur, celui-ci est transformé. Il ne s'agit pas d'un petit changement mais d'une transformation totale.

À quel endroit voit-on le plus un changement, une conversion ? À la maison. Quand un époux se convertit, sa femme le voit. Quand un enfant se convertit, les parents le voient. Quand on connaît Jésus, on est heureux. Jésus devient le centre de notre vie. On garde les pieds sur terre, mais un jour on va tout laisser pour partir avec le Seigneur, alors...

Il ne faut rien cacher à Dieu et le laisser tout prendre, tout transformer. Maintenant, pour un temps il désire venir habiter en nous, dans notre cœur, dans notre maison, mais un jour, c'est nous qui irons habiter dans sa maison. Jésus nous prépare une place dans sa maison. Si lui a habité chez nous, une belle demeure nous attend.

Jésus est venu chercher et sauver ce qui était perdu.
Ne cherchons pas une religion, ni un nom, ni une étiquette, ni un rite. Ça ne sert à rien. Cherchons Jésus. Laissons-le nous convaincre de péché, habiter notre maison et notre cœur. Ne gardons pas de péché caché, ce serait pour notre malheur. Mais que Jésus habite pleinement dans tout notre cœur. Sinon, un jour, nous allons rester ici-bas alors que les autres partiront avec Lui.


Albert Basile

Haut de page