Michèle

 

Guérie du cancer     

C'est avec une grande joie dans mon cœur et pour glorifier le Seigneur que je donne mon témoignage.
Je m'appelle Michèle et je suis née en Alsace en 1955. J'ai passé une enfance heureuse au sein d'un foyer chrétien. Très jeune, j'avais déjà vécu la guérison de ma mère qui souffrait de rhumatismes articulaires alors que les médecins nous l'avaient ramenée à la maison pour mourir. Je ne savais pas encore que quelques années plus tard, je serais dans une situation identique.
A l'âge de 18 ans, je me suis mariée et deux ans plus tard, je donnais naissance à une fille et plus tard à un garçon. Nous étions une famille heureuse et pleine d'ambitions.
A l'époque, nous avions un cabinet de kinésithérapie qui marchait très bien, nous avions construit une maison et apparemment nous avions réussi notre vie. Les affaires, l'argent et tout ce qui fait partie de ce monde nous accaparaient de plus en plus. Nous étions toujours croyants, mais Dieu n'avait plus la première place dans notre vie et dans notre cœur. Ils avaient pris cette place sans que nous ne nous en apercevions, et devenaient nos idoles.
Un matin, je me suis réveillée avec une douleur atroce dans mon sein droit et j'ai senti une grosseur. Le médecin que j'ai consulté me tranquillisa en me disant que ce n'était rien de grave, mais que par précaution, il fallait faire une mammographie, ce que j'ai fait la semaine suivante. Le résultat de cet examen confirma ce que je craignais au fond de moi-même: j'avais bien le cancer.
En février 1989, on me fit l'ablation du sein et quatre semaines plus tard commença le traitement de chimiothérapie et de rayons cobalt. Les médecins avaient dit à mon mari que je n'avais plus que six mois à vivre.
C'est dans cette situation que nous avons cherchée de l'aide auprès de ce Dieu glorieux. Il a mis dans mon cœur une joie, une paix que je ne peux décrire. A aucun moment je n'avais peur. Il s'occupait des moindres détails de ma vie.
Pendant le traitement chimiothérapique, je perdais mes cheveux et le médecin m'a fait une ordonnance pour aller acheter une perruque. Le dimanche suivant, par une parole de connaissance, Dieu me dit: "Aucun cheveu ne tombera de ta tête sans que Je le permette." A partir de ce jour, la chute de cheveux a cessé et je n'ai jamais eu besoin de perruque, à la stupéfaction des médecins. Ce traitement altérait également ma vue. Je repassais dans mon cœur cette promesse de Marc 16 qui parle des signes qui accompagneront ceux qui auront cru: "En mon nom, ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris." Je me suis donc fait imposer les mains et recouvrai instantanément la vue.
Je vous dis ces choses afin de vous montrer à quel point Dieu connaît notre situation et combien Il s'occupe des plus petites choses de notre vie si nous nous tournons vers Lui.
Après le traitement qu'on m'avait prescrit, je suis sortie de l'hôpital heureuse et cela faisait désormais partie du passé. Mais trois semaines plus tard, on découvrit une autre tumeur. Cela confirmait les pronostics des médecins.
Je criai alors au Seigneur qui me fit comprendre que c'est dans la louange et l'adoration que nous avons la victoire. Ce n'est pas par des plaintes et de la rébellion, mais tout simplement dans cette confiance profonde en notre Dieu.
A nouveau, je fus opérée et suivis un traitement chimiothérapique. Mais je continuais à remercier le Seigneur et à louer Dieu pour ma guérison, et dans mon cœur étaient gravés les versets du psaume 23: "Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal car tu es avec moi."
Fin novembre, je suis sortie de l'hôpital très affaiblie. Ce n'est qu'après avoir fait preuve d'obéissance qu'a commencé la guérison définitive. Au mois de décembre, j'avais retrouvé toutes mes forces, je pouvais retravailler et je ne ressentais aucune douleur, aucune fatigue. Mon état était tel qu'il était avant la maladie.
Dieu avait vaincu le cancer.
Je rends gloire à Dieu pour ce qu'il a fait pour moi et je le remercie pour cette expérience qui m'a fait grandir dans la foi et m'a fait connaître un Dieu plein d'amour pour ses enfants.
Cher ami, toi qui lis ce témoignage, je voudrais te dire que ce qu'il a fait pour moi, il désire le faire aussi pour toi, qu'importe la situation dans laquelle tu te trouves.
Le psaume 36 verset 5 nous dit: "Recommande ton sort à l'Éternel, mets en Lui ta confiance, et Il agira."
Que le Seigneur vous bénisse.

 

Haut de page
 

AperçuFichier attachéTaille
image001.jpg2.52 Ko