Les nouvelles (Eglises persécutées)

 

http://actionmissionnaire.fr/

L'Église persécutée et pays où les chrétiens sont persécutés. ( en audio)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Porte ouverte est la source de ces informations

Nouvelles du 31/10/2018

Asia Bibi acquittée !

Les chrétiens pakistanais nous demandent de prier
Après 9 ans de calvaire, Asia Bibi peut enfin sortir de prison au Pakistan. Merci pour toutes les prières qui sont montées vers Dieu pour elle. Mais les islamistes menacent les chrétiens sur place.
Asia Bibi avant son arrestation
C’est un soulagement ! La Cour suprême pakistanaise a ordonné aujourd’hui la libération immédiate d'Asia Bibi. La chrétienne a passé près de 9 ans dans le couloir de la mort. Cette mère de famille était injustement accusée en raison de son identité chrétienne.
C’est une très bonne nouvelle pour Asia Bibi et sa famille. Mais les chrétiens sur place sont sous la menace des extrémistes islamiques. Des bureaux administratifs et des écoles ont été fermés par crainte de violentes réactions suite au verdict.
Les chrétiens craignent des répercussions
Nos partenaires sur place nous ont fait part de leur inquiétude : «C'est une situation très tendue pour les minorités religieuses, en particulier pour les chrétiens pakistanais. Il y a une crainte de persécution des chrétiens et d'attaque contre leurs églises et leurs propriétés.»
Il y a quelques jours, Khadim Hussain Rizvi, le chef du groupe extrémiste violent «Tehreek Labek Pakistan» a appelé ses disciples à bloquer le pays et à être prêts à mourir au cas où le jugement de la Cour suprême serait en faveur d’Asia Bibi.
«Soyez des imitateurs du Christ»
Face à ces menaces de violence, les responsables d’Église demandent aux chrétiens pakistanais de se comporter d'une manière digne de Christ : «Exigez notre droit à la justice, mais faites-le d'une manière qui convienne aux chrétiens engagés. Soyez des imitateurs du Christ. Ne tombez pas dans le piège des comportements violents et agressifs.»
La libération d’Asia Bibi pourrait être un tournant dans la manière dont la justice et le gouvernement pakistanais traitent la minorité chrétienne. Le témoignage des chrétiens sur place et nos prières sont déterminants.
Un peuple de prière
«Nous sommes un peuple de prière. Faisons confiance à Dieu et veillons à Lui manifester notre confiance», exhortent encore les responsables d’Église pakistanais. «Soyons compatissants et prêts à servir notre pays à un moment où un bain de sang pourrait facilement se produire. Soyez prêt à devenir un serviteur auprès des services publics de soin, à démontrer le désir de Dieu pour la justice, la miséricorde et l'humilité. Si vous avez des compétences médicales ou des compétences en travail social, soyez prêt à les utiliser. Soyez vigilant, vigilant et calme. Que Dieu soit avec nous tous à Lui soit toute la gloire.»
Asia Bibi, chrétienne pakistanaise, avait été accusée de blasphème et condamnée à mort en raison d'une querelle autour d'un verre d'eau dans son village. Réjouissons-nous de cette bonne nouvelle et prions pour la suite.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour l'acquittement d'Asia Bibi
Prions pour elle et sa famille. Qu'elle puisse quitter le pays saine et sauve
Prions pour les chrétiens sur place. Que les plans des extrémistes islamiques soient anéantis

 

Nouvelles du 24/10/2018

fortifié l'Église turque


Les deux années d’emprisonnement et le procès controversé du pasteur Brunson ont été aussi une épreuve pour l’Église turque. Avec le dénouement de cette affaire, la petite communauté chrétienne est sortie plus forte de son traumatisme.
Andrew Brunson (à gauche) et Soner Tufan


Aux côtés du pasteur Brunson se tient l’un de ses plus fidèles amis : Soner Tufan. «Nous nous sentons plus forts ! Pour nous chrétiens, la souffrance est un honneur», déclare Soner en affichant un large sourire. Quelques heures plus tôt, la cour de justice vient de rendre son verdict : Andrew Brunson est libre. Il est autorisé à quitter la Turquie pour les États-Unis, son pays d’origine. C'était le 12 octobre.
«3 fois plus de chrétiens dans mon église !»


Beaucoup s’attendaient à ce que les accusations d’espionnage portées contre Andrew Brunson affaiblissent l’Église protestante turque, qui compte environ 7 000 chrétiens. D'autant plus que les médias, en le décrivant comme un conspirateur, avaient semé la confusion parmi les chrétiens.


«Curieusement, l’attachement des gens à l’Église est devenu plus fort.
Dans l’église que je fréquente, le nombre de fidèles a triplé depuis l’affaire Brunson»
confie, Soner Tufan, du conseil d’administration de l’Association des Églises Protestantes de Turquie. Encore surpris, il ajoute : «Non seulement les protestants, mais aussi les catholiques et les orthodoxes se sont rapprochés les uns des autres et nous ont montré leur solidarité.»


De la prison à la Maison Blanche
Le lendemain du verdict, Andrew Brunson arrivait sur le sol américain. Accueilli par le président Trump, il a été reçu à la Maison Blanche. Et lors de l’entretien, Andrew a même prié pour Donald Trump ! Une situation qui rappelle étrangement celle de Paul (Actes 25 – 26). L’apôtre faussement accusé lui aussi venait de passer deux ans en prison. Mais Dieu a Ses raisons. Paul a pu ensuite comparaître et témoigner devant le roi Agrippa, puis devant César.
Ambassadeur de l’Évangile dans les chaînes
Andrew Brunson a exercé son ministère pastoral à Izmir pendant 23 ans. Il a été arrêté dans la répression généralisée qui a suivi le coup d’État manqué de juillet 2016. Sous l’effet des pratiques gouvernementales et des dérives médiatiques, ce pasteur a été accusé d’espionnage en lien avec des groupes terroristes.
«Je ne suis pas en prison à cause d’une faute quelconque,
mais parce que je suis chrétien»
déclarait Andrew avant la troisième audience de son procès en juillet dernier. Il risquait jusqu’à 35 ans de prison.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour les conséquences de cette affaire sur l’Église en Turquie
Prions pour que la communauté chrétienne turque soit reconnue dans son pays
Prions pour un changement de mentalité envers les chrétiens

 

Nouvelles du 17/10/2018

Nigéria : Leah Sharibu, épargnée mais esclave de Boko Haram


Au Nigéria, l’adolescente chrétienne que Boko Haram menaçait d’exécuter reste en vie. Mais elle devient esclave des islamistes.
Leah Sharibu avant son enlèvement par Boko Haram
Leah est épargnée, mais réduite en esclavage par Boko Haram au Nigéria. Dernièrement, nous vous avions demandé de prier pour elle et vous avez été très nombreux à intercéder en sa faveur. Merci !
Esclave à vie
15 octobre, «The Cable», l’agence de presse nigériane en ligne a reçu un message du groupe Boko Haram :
«À partir d’aujourd’hui, Leah Sharibu et Alice Loksha Ngaddah sont maintenant nos esclaves. Selon nos doctrines, il nous est désormais permis d’en faire ce que nous voulons.»
Hélas, le message contenait une autre nouvelle, tragique et terrifiante : «Nous avons tenu parole comme nous l’avions dit, en tuant aujourd’hui 15 octobre Hauwa Leman, qui travaillait avec la Croix-Rouge.» Hauwa Leman, une sage-femme de 24 ans, avait été enlevée lors d’un raid en mars 2018 avec Alice Loshka Ngaddah et deux autres travailleurs humanitaires, récemment exécutés, et Alice Loshka Ngaddah.
Alice, infirmière chrétienne au service de l'UNICEF, est maman de deux enfants de 5 et 2 ans. Sa mère, Sarah Ngaddah, est décédée d'un traumatisme, deux mois seulement après l'enlèvement d'Alice.
La mobilisation continue
Suite à ces tristes nouvelles, Patricia Danzi, directrice des opérations de le Croix-Rouge en Afrique a fait cette demande aux ravisseurs :
«Nous vous exhortons à épargner et à libérer Leah et Alice. L’une est étudiante, l’autre est infirmière. Elles ne participent à aucun combat.»
Yakubu Pam (président de l’Association Chrétienne du Nigéria) et l’imam Cheikh Mohammed Nuru Khalid se sont rencontrés dans la capitale, Abuja. «Nous avons entendu ce que les ravisseurs ont dit. Nous en appelons à leur conscience afin qu’ils libèrent Leah», a dit Yakubu Pam.
Leah et Alice sont en vie ! Continuons à prier pour cette situation. Portes Ouvertes vous encourage, avec de nombreux chrétiens autour du monde, à intercéder en leur faveur. Priez aussi pour les parents de Leah, afin qu’ils se sachent et qu’ils se sentent soutenus dans cette épreuve. «La prière fervente du juste a une grande efficacité», dit la Bible (Jacques 5 : 16).
Sujets de prière :

Remercions Dieu pour Leah et Alice, dont les vies ont été épargnées
Prions pour que leurs ravisseurs reviennent sur leur décision et les libèrent
Prions Dieu de soutenir leurs familles et d’intervenir puissamment

 

Nouvelles du 10/10/2018

Indonésie : plus de 500 familles aidées après la catastrophe


De nombreux chrétiens ont été touchés par le séisme et le tsunami en Indonésie. Nous avons pu leur apporter notre aide, mais ils ont surtout besoin de nos prières.
Cette famille sinistrée à Palu reçoit des biens de première nécessité
Ils ont parcouru 15 heures de route pour atteindre Palu en Indonésie. Deux équipiers de Portes Ouvertes ont pu parler à un groupe de chrétiens sinistrés. Ils nous ont appris que l'aide d'urgence internationale ne leur parvenait pas.
Des tentes, des couvertures et des tapis déjà distribués


Nos équipiers sur place ont déjà pu distribuer des tentes, des couvertures et des tapis à neuf églises dans la région montagneuse de Kulawi, à une cinquantaine de kilomètres de Palu. Chaque église se compose d’environ 50 à 70 familles. À partir de Gorontalo (à 540 km de Palu), 250 colis alimentaires ont été répartis et acheminés dans des voitures. Une solution moins risquée qu’un camion, pour éviter les pillages. Les églises locales s'entraident


Ensemble, ils ont effectué une rapide estimation des besoins de la communauté chrétienne locale. Il a été ensuite décidé de contacter les églises et les chrétiens situés à l’extérieur de Palu et Donggala. Une solution rapide, plutôt que de passer par le gouvernement ou d’autres organisations. Très vite, les églises prêtes à se mobiliser ont collaboré pour aider directement les victimes.
La zone chrétienne écartée des secours d'urgence


Comme cela a été le cas lors du Tsunami de 2004, les chrétiens sont oubliés lors de la distribution de l'aide humanitaire. Un de nos équipiers relate :
«L’un des secteurs les plus dévastés comprend une population chrétienne. Nous avons remarqué que cette zone est restée à l’écart des secours d’urgence.»
Il ajoute : «Les victimes n’ont pas reçu l’aide espérée. Les cadavres n’ont pas encore été retirés des maisons effondrées.»
Un grand réconfort pour les victimes


L'aide spirituelle est aussi importante que l'aide matérielle. Nos équipiers ont besoin d'être soutenus dans la prière alors qu'ils s'investissent totalement pour aider nos frères et soeurs d'Indonésie. Prions aussi pour qu'ils soient remplis de sagesse. Leur présence et le temps passé avec les victimes est déjà un grand réconfort pour les chrétiens sur place.
Le 28 septembre, un tremblement de terre et un tsunami ont frappé Palu et Donggala, deux villes situées sur l'ile des Célèbes en Indonésie. Jusqu'à présent l'aide internationale arrive difficilement et les vols vers Palu restent limités.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour la présence des équipiers et des chrétiens auprès des sinistrés
Prionspour que Dieu vienne en aide aux familles qui ont survécu mais qui manquent de tout
Prions pour la guérison des blessés et la consolation des personnes endeuillées

 

Nouvelles du 03/10/2018

Nigéria : Leah Sharibu risque d'être exécutée. Prions !


Le groupe islamique Boko Haram menace de tuer l’adolescente chrétienne Leah Sharibu au Nigéria. L'ultimatum prendra fin dans 2 semaines. Qui d’autre que Dieu pourra empêcher son exécution ? Prions !
Le ton des terroristes est glaçant : «Nous avons contacté le gouvernement, qui nous a ignorés. Alors voici un message de sang. L’infirmière et l’autre sage-femme seront exécutées de la même manière dans un mois, y compris Leah Sharibu.»

Cette vidéo a été publiée par Boko Haram et adressée le 18 septembre au journal nigérian «The Cable». Si le groupe terroriste met sa menace à exécution, la jeune adolescente chrétienne ainsi que les deux femmes pourraient être exécutées le 18 octobre prochain.
La vidéo montre le meurtre d’une sage-femme de 25 ans qui travaillait pour la Croix-Rouge. Elle avait été enlevée avec une infirmière et une autre sage-femme le 1er mars près de la frontière camerounaise.


La captivité plutôt que renier sa foi
Leah (15 ans) faisait partie des 110 filles enlevées dans un collège de Dapchi le 19 février dernier. Toutes ont été libérées le 21 mars, sauf Leah. Pour elle, renier sa foi chrétienne était pire que rester aux mains des terroristes. Dans un message rapidement glissé à une camarade libérée, Leah avait écrit à sa famille : «Je suis confiante qu’un jour je reverrai votre visage. Si ce n’est pas ici, ce sera auprès de notre Seigneur.»
Fin août, dans un enregistrement audio de 35 secondes, Leah demandait de l’aide pour sa famille et pour elle-même. Selon «The Cable», la preuve de vie était une condition préalable à d’éventuelles négociations entre le gouvernement et Boko Haram.
Ses parents implorent nos prières
«Je n’ai connaissance d’aucun plan pour libérer notre fille. Ma famille est très, très triste. Nous ne savons pas quoi faire. Nous sommes peinés par la captivité de Leah», déclarait Nathan, son père, dans une interview accordée à Voice of America le 12 septembre.
Rebecca Sharibu multiplie les appels pour la libération de sa fille :
«Nous sommes très reconnaissants à tous les chrétiens qui prient pour nous, au Nigéria et partout dans le monde.»
Elle ajoute : «Nous supplions les chrétiens qui occupent des postes élevés dans le monde entier d’aider Leah à sortir de sa situation. Nous appelons toute la nation à faire pression sur les autorités et nous demandons aussi l’intervention du président Buhari.»
En réponse aux menaces de Boko Haram, les églises du Nigéria appellent à jeûner et prier jusqu'à demain pour la libération de Leah et des deux autres otages.
Au cours de ses neuf années d’insurrection, le groupe terroriste Boko Haram a causé la mort d’environ 20 000 personnes dans le Nord-Est du Nigéria. Plus de 2 millions d’habitants ont dû fuir les violences. Ils vivent dans des camps de déplacés au Nigéria et au Cameroun. 


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour le courage et la foi de Leah Sharibu
Prions pour sa protection et pour sa libération, ainsi que celles des autres otages
Prions Dieu de soutenir la famille Sharibu et d’ouvrir les yeux des ravisseurs de Leah

 

Nouvelles du 26/09/2018

50 bibles confisquées au Vietnam : priez !


Le pasteur Chai a osé distribuer des bibles aux chrétiens de la minorité Hmong au Vietnam. Pour cela, il a dû payer une forte amende. 50 bibles saisies sont toujours aux mains de la police. Prions pour qu'elles tombent entre de bonnes mains.
À gauche : bible en langue Hmong - À droite : le rapport de police
Le pasteur Chai* a été convoqué au poste de police local début septembre. Là, les autorités lui ont «conseillé» de payer dans les 10 jours une amende de cinq millions de dongs (190€). Pour quel motif ? Ce pasteur avait acquis et distribué des bibles en dialecte Hmong sans licence de publication.

50 bibles confisquées
Le 16 août, le pasteur Chai s’était rendu à Hanoï pour se procurer des bibles en langue hmong. Une mission risquée : au Vietnam, les chrétiens des minorités ne sont pas autorisés à imprimer la Bible dans leur propre langue. Le 20 août, la police est entrée dans l’église où se trouvait le pasteur Chai. Les agents ont saisi 50 bibles en sa possession. Contraint de vendre son bétail


Au regard de ses faibles revenus, le pasteur Chai a supplié que l’amende infligée soit revue à la baisse. Et il a obtenu gain de cause ! Finalement, le montant a été fixé à trois millions de dongs (115 €), payés le 14 septembre. Pour réunir cette somme, le pasteur Chai a dû vendre ses vaches et ses porcs. Portes Ouvertes a pu l'aider en lui versant les sommes engagées. Quant aux 50 bibles confisquées, elles sont toujours aux mains des autorités.


Chrétiens Hmong : doublement persécutés
On les appelle aussi «Montagnards». Agriculteurs et éleveurs, les Hmong vivent dans les montagnes qui couvrent le Sud de la Chine et le Nord du Laos et du Vietnam. On compte 790 000 Hmong au Vietnam, et la moitié d’entre eux sont chrétiens. Les autres pratiquent la religion animiste. Selon les villages, cette cohabitation est plus ou moins conflictuelle. De nombreux chrétiens sont persécutés, accusés de ne plus respecter la «culture et les croyances traditionnelles» du peuple Hmong. Ils subissent parfois la violence de la population. Le 1er mars 2018, dans la nuit, 24 chrétiens ont été attaqués et chassés de leur village : ils avaient refusé de renier leur foi.
L'Évangile se répand
Le christianisme a commencé à se répandre parmi les Hmong à la fin des années 80. Beaucoup se sont tournés vers Christ. Ce changement a eu des répercussions sociales, économiques et politiques. Considérés comme des traîtres par les chefs coutumiers, les chrétiens Hmong sont aussi discriminés par le gouvernement. Expropriations, harcèlement administratif et lois restrictives compliquent leurs conditions de vie. Plusieurs milliers d’entre eux ont fui le Vietnam pour chercher refuge dans les pays voisins. Comme le pasteur Chai, d’autres responsables chrétiens exercent leur ministère parmi les Hmong. Ils déploient toute leur énergie pour encourager cette communauté persécutée. Avec le soutien de Portes Ouvertes.

*Pseudonyme 
Sujets de prière :

Remercions Dieu pour le ministère du pasteur Chai parmi les Hmong
Prions pour sa sécurité et pour qu’il ait le courage de poursuivre son ministère
Prions pour que les 50 bibles confisquées tombent entre de bonnes mains

 

Nouvelles du 19/09/2018

Cinq pasteurs de Zanzibar demandent nos prières


Les touristes sont les bienvenus à Zanzibar. Pour les chrétiens qui y vivent, la situation est bien différente. Cinq pasteurs nous montrent l’envers du décor. Ils ont besoin de nos prières.
Zanzibar : 'île paradisiaque' où les chrétiens sont opprimés
Zanzibar. Le nom évoque tout de suite les tropiques. Plages bordées de cocotiers, parfums d’épices… un lieu idyllique ? Pas pour tous ! L’extrémisme islamique devient de plus en plus oppressant pour les chrétiens. Cinq pasteurs lèvent le voile sur leurs difficultés. Ils font appel à nos prières. Nous utilisons des pseudonymes pour leur sécurité.


Le pasteur A* : très affecté par l'agression de sa fille
Un jour, une foule en colère a menacé de tuer le pasteur A* s’il ne quittait pas la région. Il vient de déménager sa famille pour la troisième fois en deux ans. Sa fille de 4 ans a été violée et l’agresseur n’a pas été inquiété. «Que sera la prochaine attaque ?», se demandent les membres de l’église locale, traumatisés. Très affecté, le pasteur A reste pourtant sur place, avec sa famille et trois anciens.
Le pasteur M* : empêché de construire une église
Le pasteur M* a pu acquérir un terrain en 2007 pour y construire une église. Depuis, ce permis lui est refusé. Une source locale affirme :
«C’est en raison de sa foi ! Il possède tous les documents légaux,
mais la justice fait traîner l’affaire.»
Pendant ce temps, son fils de 10 ans subit une terrible persécution dans le quartier et à l’école. Les enseignants ne font rien.
Le pasteur D* : accusé à tort
Bataille judiciaire aussi pour le pasteur D*, qui a eu l’autorisation de construire une école début 2018 sur un terrain calme, à l’écart. Mais il a été arrêté, faussement accusé de ne pas payer les 19 ouvriers du chantier.L’affaire est toujours en cours.
Le pasteur R* : son église a été détruite
En janvier, un bâtiment d’église a été détruit pour laisser place à la construction d’une université. un responsable affirme:
«C’était un arrangement organisé pour nous éliminer, alors que nous étions propriétaires. Nous n’avons reçu ni terrain ni indemnités en échange !»
Le pasteur Y* : épuisé et ruiné
En 2014, le pasteur Y* a été accusé à tort de viol sur une fillette surprise en train de jeter des pierres sur l’église. Il a gagné le procès. Mais en quittant le tribunal, il a été de nouveau arrêté. Les accusateurs avaient fait appel de la décision. L’affaire a duré quatre ans. Il a été finalement acquitté fin août! Le pasteur est épuisé, sa famille est ruinée.
Pourquoi les chrétiens sont-ils discriminés à Zanzibar ?
Zanzibar a un lien très fort avec l’islam. En effet, l’ «île aux épices» a servi de comptoir aux marchands arabes pendant des siècles. Elle fut même un sultanat de 1890 à 1963. L’influence de l’islam radical complique la situation des chrétiens à Zanzibar, dont la population est à 98 % musulmane. L'île située à l'Est de l'Afrique fait partie de la Tanzanie, qui ne figure plus dans l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens depuis 2013. 

*Pseudonyme
Sujets de prière :

Remercions Dieu pour la persévérance de ces 5 pasteurs
Prions pour leur protection et pour que Dieu renouvelle leurs forces
Prions pour que l’Église de Zanzibar se tienne aussi aux côtés de ces pasteurs

 

Nouvelles du 12/09/2018

Libye : «Par vos prières, vous combattez pour nous !»


Depuis fin août, les combats ont repris dans la capitale libyenne. La situation est très difficile pour les chrétiens qui y vivent. Ils nous demandent de prier pour eux, pour leurs ennemis et pour la paix.
Église à Tripolil
Dans Tripoli, les armes lourdes frappent à nouveau au hasard. Les Libyens sont pris dans les tirs croisés des différentes milices. Des milliers de personnes ont été déplacées ces dernières semaines à cause des combats. Coupures d’eau, d’électricité, approvisionnement difficile… la situation est tendue. Les chrétiens sont doublement vigilants : pour leur protection physique et pour leur sécurité en raison de leur foi.
«Grâce à vos prières, nous sommes en sécurité»
Originaire d'Afrique Subsaharienne, Désiré* vit en Libye depuis de nombreuses années. «Priez pour la paix en Libye. Priez pour les chrétiens qui ont déjà connu de nombreuses difficultés ces dernières années depuis la chute de Kadhafi en 2011», nous demande-t-il.
Le choix de rester et d’aimer ses ennemis
Ce n’est pas la première fois que la tempête se déchaîne sur Tripoli. Mais Désiré a toujours refusé de partir. «Des familles libyennes se donnent à Christ. Impossible de les abandonner ! Comment pourrais-je encore leur parler avec assurance à mon retour ?», affirme-t-il. Et pourtant, le risque d’être tué est bien réel. Désiré est clair à ce sujet :
«J’ai demandé à Dieu de m’ôter toute peur.»
Il a expérimenté la fidélité de Dieu dans des moments cruciaux. Face aux menaces des miliciens à un point de contrôle, Désiré a reçu des paroles de sagesse et il est passé ! En tant que chrétien africain, il aurait pu être abattu. Mais témoigner l’amour de Christ auprès des «ennemis» produit du fruit. Désiré raconte: «En pleine période de rationnement, nous avons partagé notre nourriture avec des musulmans. Ils ont été très touchés. Voyant cela, plusieurs ont donné leur vie à Jésus !»
Nous ne sommes pas des héros
En Libye, un musulman qui se convertit au christianisme est un homme mort… Désiré compte sur nos prières pour pouvoir continuer à servir Dieu dans ce pays:
«Si nous servons le Seigneur dans ce pays, ce n’est pas que nous sommes des héros. C’est grâce à vos prières.»
*Pseudonyme pour raison de sécurité


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour les serviteurs de Dieu qui vivent en Libye
Prions pour leur protection et pour que Dieu leur donne de l’audace
Prions pour que Dieu fortifie les chrétiens libyens

 

Haut de page