Les nouvelles (Eglises persécutées)

 

http://actionmissionnaire.fr/

L'Église persécutée et pays où les chrétiens sont persécutés. ( en audio)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Porte ouverte est la source de ces informations

Nouvelles du 17/01/2018

Chine : trois églises démolies en trois semaines. Pourquoi ?
Imprimer le fil rouge

Pour la troisième fois en moins d’un mois, un bâtiment d’église a été démoli sur ordre des autorités chinoises. Un signe précurseur de la réforme sur la question religieuse prévue le 1er février prochain ?

Le 9 janvier à Linfen (province du Shanxi) une forte détonation a réduit en quelques secondes une imposante église en un monceau de décombres, tandis qu’un dispositif policier anti-émeute gardait les chrétiens et les curieux à distance (vidéo). « Mon cœur est triste. Je crains que d’autres églises subissent le même sort », confie un pasteur. Le 20 décembre, une église de cette province avait déjà été démolie, tout comme une église du Xingjiang le 27 décembre.
Pourquoi de tels actes ?

Construite en 2008 et forte d’environ 50 000 membres, l’église de Linfen était bien connue des autorités mais elle ne faisait pas partie du « Mouvement Patriotique des Trois Autonomies », un groupement d’églises contrôlé par l’État. Dès 2009, un bras de fer a opposé les autorités chinoises aux responsables de cette église « occupant illégalement des terres agricoles ». De son côté, l’administration locale voulait racheter le bâtiment et, pour avoir refusé la vente, le responsable de l’église Yang Rongly a été emprisonné de 2009 à 2016, puis placé sous contrôle judiciaire.
Bras de fer à haut niveau
Pourtant, plusieurs observateurs affirment que l’église de Linfen n’a pas été détruite pour une raison de cadastre. Cette « figure de proue » de la communauté chrétienne dérange par sa taille, ses activités et ses connections avec des organisations étrangères. Pour le gouvernement, c’en est trop. Au Congrès, en novembre dernier, le président Xi Jinping a souligné que les religions devaient « se conformer à la société chinoise socialiste ». Dans cette perspective, une révision de la loi sur les religions est en préparation. Elle sera mise en œuvre le 1er février prochain.
Changements stratégiques

Des responsables d’églises ont déjà déclaré qu’ils se préparaient à des restrictions de liberté à partir du 1er février. Si leurs églises devaient être fermées ou démolies, ils envisagent de fractionner les communautés chrétiennes en assemblées de moins d’une centaine de membres, voire en groupes d’église de maison.Avec près de 100 millions de chrétiens, l’Église de Chine représente la plus importante force sociale non contrôlée par le Parti Communiste. La Chine est placée au 43e rang de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2018 qui vient de sortir. 

Remercions Dieu pour le dynamisme de l’Église en Chine,
Prions pour que les chrétiens de Linfen se réorganisent,
Prions pour la sagesse des responsables face aux autorités.

 

Nouvelles du 10/01/2018

Index 2018 : les 5 pays où les chrétiens souffrent le plus
Imprimer le fil rouge Imprimer

L’index 2018 sort aujourd’hui ! Découvrez les cinq pays où vivre la foi chrétienne est le plus risqué.

L’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2018 montre que la persécution a encore augmenté. Si l’islamisme reste la principale cause de persécution des chrétiens, la montée des nationalismes religieux ou idéologiques constitue une sérieuse menace.

En Corée du Nord (n°1), la population subit la surveillance absolue de l’État. Pour un chrétien, échapper aux camps d’internement ou à la torture relève de l’exploit… Il existe pourtant une Église souterraine estimée à 300 000 personnes !

En Afghanistan (n°2), la pression exercée sur les chrétiens est tout aussi inimaginable. « Les extrémistes islamiques posent une seule question : Veux-tu te joindre à nous ? Si la réponse est non, c’est le sabre », dit une source locale. 21 chrétiens afghans ont été tués en 2017.

En Somalie (n°3), les chrétiens sont considérés comme des traîtres. 23 d’entre eux ont été mis à mort par les autorités ou même par leur famille l’an dernier.

Au Soudan (n°4), le gouvernement islamique proclame « une religion, une culture et une langue ». Aucun espace de liberté n’est laissé aux chrétiens. 27 églises ont été promises à la démolition en 2017. D’autres églises et écoles chrétiennes ont été expropriées.

Le Pakistan (n°5), avec 168 églises ciblées par des attaques en 2017, reste le pays le plus violent à l’encontre des chrétiens, qui vivent déjà sous la menace de la loi anti-blasphème.

Le Népal et l’Azerbaïdjan entrent dans l’index
Alors que le Népal et l’Azerbaïdjan font leur entrée sur la liste des 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés, deux pays d’Afrique en sortent : les Comores, où la condition des chrétiens reste cependant critique, et la Tanzanie, où la situation des chrétiens s’améliore.

Remercions Dieu pour la présence des chrétiens dans ces pays,
Prions pour que leur foi grandisse encore malgré les difficultés,
Prions pour que leur témoignage porte beaucoup de fruits.

 

 

Nouvelles du 03/01/2018

2018 : malgré l’épreuve, la foi vécue avec audace
Imprimer le fil rouge Imprimer

Partout dans le monde, nos frères et sœurs persécutés vivent leur foi avec cette hardiesse acquise dans l’épreuve et qu’ils veulent nous transmettre. Restons à leurs côtés en 2018 pour continuer à les soutenir.

Peu avant Noël, en Arabie Saoudite, des visiteurs occidentaux se sont réunis discrètement une fois la nuit tombée avec des chrétiens indiens expatriés. Le pasteur a lancé : « Allons-nous limiter Noël à quatre semaines dans l’année ? Chaque autre jour sert aussi à partager ce cadeau de vie de la part de Dieu autour de nous. »

C’est aussi le message lancé par Simon Bashir, le pasteur de l’église attaquée de Quetta au Pakistan. Après les funérailles des victimes de l’attentat, il a dit : « Les membres de l’église sont toujours résolus à célébrer solennellement Jésus-Christ, avec force et honneur. »

Pendant les fêtes, les chrétiens persécutés ont encore été mis à rude épreuve.

En Égypte une fusillade a eu lieu contre les fidèles à la sortie d’une église du Caire le 29 décembre.
Au Nigéria des hommes armés ont tiré sur les chrétiens qui eux aussi sortaient de l’église d’Omuku (État de Rivers) le 31 décembre, faisant 16 morts.

Dans d’autres pays, la persécution est moins violente mais tout aussi tenace.

En Chine, des slogans d’idéologie communiste ont été diffusés sur internet, accompagnés de fermes interdictions concernant les célébrations de Noël sur les places publiques. À Chongquing par exemple, la place principale noire de monde à Noël 2016 était vide à Noël 2017. (Photo)

Soyons prêts, comme les chrétiens opprimés, à vivre passionnément pour le nom de Jésus avec une vigueur qui dépasse celle des persécuteurs.

« Quand un membre souffre, tous souffrent avec lui », nous dit la Bible (1 Corinthiens 12 : 16). Mais que lit-on ensuite ? « Quand un membre se réjouit, tous se réjouissent ensemble. » Les chrétiens irakiens reviennent avec joie dans la plaine de Ninive. En 2018, nous aurons encore des occasions de nous réjouir avec nos frères et sœurs debout face à la persécution, remplis de cette espérance qui nous unit à eux.

Légende photo : La grande place de Chongquing à Noël, en Chine, remplie pour Noël 2016, vide à Noël 2017

Remercions Dieu pour l’exemple que nous donnent les chrétiens persécutés,
Prions pour que leur foi grandisse encore malgré les difficultés,
Prions pour que leur témoignage porte beaucoup de fruit.

 

Nouvelles du 20/12/2017

Pakistan : « le terrorisme ne nous arrêtera pas ! »
 

Le bilan de l’attentat-suicide qui a visé dimanche une église de Quetta au Pakistan, faisant 11 morts et 50 blessés, aurait pu être beaucoup plus lourd. Malgré le choc, la communauté chrétienne affiche sa foi avec détermination.

« Ce dimanche matin, les enfants ont présenté leur programme de Noël. Le pasteur venait de terminer la prédication lorsque nous avons entendu des tirs à l’extérieur de l’église », déclare Sohail Yousuf, dont la fille Elsa (13 ans) a perdu la vie. Wasiqa, sa sœur de 16 ans, est dans un état grave. Elle a dû être opérée.
Le pire a été évité

L’attentat a été commis à l’approche de Noël, alors que l’église était bondée. Quatre terroristes armés ont tenté d’entrer, mais l’un a été abattu par la police sur le parvis tandis que l’autre est parvenu à actionner sa ceinture d’explosifs à l’entrée de l’église. Les autres assaillants ont tiré avant de prendre la fuite. Un chrétien du service de sécurité témoigne « Nous avons toute de suite verrouillé la porte, mais l’explosion l’a brisée, touchant de nombreuses personnes. »
Choqués mais solidaires

Portes Ouvertes soutient les chrétiens du Pakistan par l’intermédiaire d’un réseau d’églises partenaires. Sa responsable demande : « Je vous en supplie, priez pour nous. Nous savons que le centre pour les personnes traumatisées est bien équipé. Priez pour ceux qui tentent d’aider les victimes et leurs bien-aimés. » Bien que choquée, la communauté chrétienne s’organise : une équipe de 70 jeunes se démène jour et nuit pour donner du sang et toute forme d’assistance aux blessés, ainsi que l’organisation des funérailles. La réponse des familles est unanime : « Merci d’être venus essuyer nos larmes, d’être à notre écoute et de rester à nos côtés. »

Les membres de l’église se soutiennent mutuellement et les téléphones ne cessent de sonner. Une femme les encourage en répétant : « Seigneur, rend nous capables d’élever nos voix pour proclamer Jésus est Seigneur ! Et que nous restions fermes pour continuer à nous rendre à l’église. Les terroristes ne peuvent pas nous en empêcher ».

Légende photo : Les chrétiens de Quetta aux funérailles des victimes de l’attentat 

Remercions Dieu pour la solidarité des chrétiens de Quetta dans cette épreuve,
Prions pour que les familles affectées se relèvent de leurs traumatismes,
Prions pour que la détermination des chrétiens pakistanais porte du fruit.

 

Nouvelles du 13/12/2017

Irak : Noé vous dit « merci ! » pour la pétition
 

Noé et son père ont quitté l’Irak pour New York. Hier et avant-hier, la pétition « Espoir pour le Moyen-Orient » a été présentée à plusieurs hauts responsables de l’ONU !

 

Destination l’ONU, à New York ! L’excitation est à son comble pour Noé, 12 ans, accompagné de son père et de deux responsables d’église irakiens. Noé et sa famille avaient fui Karamles, dans la plaine de Ninive, envahie par l’organisation État islamique en 2014. Pour la première fois, il quitte l’Irak… et en avion ! Une autre surprise l’attendait à l’arrivée, quand l’équipe de Portes Ouvertes lui a offert un tee-shirt du FC Barcelone, son équipe préférée, dédicacé par Lionel Messi !
808 172 signatures

Hier, mardi 12 décembre, plusieurs rendez-vous se sont enchaînés au siège des Nations Unies. La délégation de Portes Ouvertes a pu présenter officiellement la pétition « Espoir pour le Moyen-Orient » devant plusieurs hauts responsables. La pétition a recueilli 808 172 signatures dans 143 pays.

La veille déjà, des rencontres très constructives avaient eu lieu, notamment avec des responsables du Programme de Développement des Nation Unies. Noé et son père, accompagnés de Benham et Tabhet (responsables d’églises en Irak) ont pu témoigner de ce qu’ils ont vécu dans leur pays. Noé a même offert l’une des billes retrouvées dans les ruines de sa chambre dévastée en Irak à un haut fonctionnaire de l’ONU, en guise de souvenir.
Des avancées concrètes

« Au cours de ces entrevues, nous avons pu proposer des recommandations concrètes auprès des autorités pour soutenir politiquement et aider pratiquement les chrétiens du Moyen-Orient. Nous espérons que ces rencontres porteront du fruit à l’avenir et que nos frères et sœurs verront de réels changements en Irak et en Syrie », a déclaré une équipière de Portes Ouvertes faisant partie de la délégation.

Bientôt, Noé regagnera son pays, ses camarades, son collège équipé de nouvelles fenêtres et repeint pour effacer les traces de la guerre. Faute de professeurs, tous les cours ne sont pas assurés. Mais les élèves travaillent de leur mieux. Ils espèrent étudier à l’avenir dans un climat paisible.

Voir le résumé des rencontres sur notre site

Remercions Dieu pour ces entrevues au siège des Nations Unies,
Prions pour que Dieu touche le cœur des responsables rencontrés,
Prions pour que les recommandations proposées soient suivies.

 

Nouvelles du 18/10/2017

Irak : un an après, les chrétiens reviennent
Imprimer le fil rouge Imprimer

Il y a tout juste un an, Karamles et d’autres villes de la plaine de Ninive étaient reprises à l’organisation État islamique en Irak. Aujourd’hui, les familles chrétiennes reviennent peu à peu.

À Karamles, les traces de violents combats sont encore visibles. Le 24 octobre 2016, l’armée irakienne libérait cette petite ville où vivaient 650 familles chrétiennes avant l’arrivée du groupe État islamique à l’été 2014.
« Nous sommes si heureux d’être de retour »

Même si les chrétiens hésitent à rentrer, Thabet, un responsable d’église originaire de Karamles les encourage inlassablement à venir reconstruire la ville et à s’y installer. « Nos racines sont ici », leur dit-il. Lorsqu’il est revenu dès novembre 2016, il a commencé par ériger une croix sur une colline aux portes de la ville, qui se voit depuis toutes les maisons. Certaines familles ont suivi son appel, comme celle de Noé, 12 ans. « Nous sommes si heureux d’être de retour à Karamles, même s’il y a beaucoup à reconstruire », dit son père.
Entre la crainte et l’espoir

Amer*, un chrétien de Mossoul, explique ce qui retient encore de nombreux chrétiens de revenir dans la plaine de Ninive : « Bien avant l’arrivée du groupe État islamique, il y avait déjà une montée des positions extrémistes et de l’hostilité à l’égard des chrétiens. Ce ne sont pas les choses visibles qui ont changé. C’est dans le cœur des gens que cela s’est passé. »
La question de l’après-Daech

Une autre raison retenant les chrétiens : la question de l’après-Daech. Chaque partie ayant combattu contre le groupe État Islamique cherche à prendre « sa part du gâteau ». La reprise de Kirkouk par l’armée irakienne en début de semaine en est un exemple. Les Kurdes s’y étaient installés à la faveur des combats contre Daech.
Mobiliser la communauté internationale

Les minorités (chrétienne et yézidie) risquent d’être les grandes perdantes de ce nouveau partage de la Plaine de Ninive… à moins que la communauté internationale ne se mobilise. La pétition lancée par Portes Ouvertes a recueilli plus de 500 000 signatures à l’international. Elle sera présentée en décembre à l’ONU. « Si la communauté internationale et le gouvernement irakien nous soutiennent, garantissent nos droits et protègent notre identité, l’avenir sera très bon », souligne Thabet.

*Pseudonyme
Légende photo : La croix érigée par Thabet après la libération de Karamles

Remercions Dieu pour le retour des chrétiens à Karamles et dans la plaine de Ninive,
Prions pour la réinstallation de ces familles éprouvées,
Prions pour la paix et la sécurité dans cette région d’Irak.

 

 

Haut de page