Les nouvelles (Eglises persécutées)

 

http://actionmissionnaire.fr/

L'Église persécutée et pays où les chrétiens sont persécutés. ( en audio)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Porte ouverte est la source de ces informations

Prions pour nos frères et soeurs persécutés                         

Nouvelles 15/01/2020

Index 2020: les chrétiens de ces trois pays ont vraiment besoin de prières
Corée du Nord, Afghanistan, Somalie. Trois pays très différents avec un point commun: les chrétiens y vivent sous une persécution extrême. Prions pour eux en particulier.

1. Corée du Nord - 2. Afghanistan - 3. Somalie
La Corée du Nord, l'Afghanistan et la Somalie sont les pays où les chrétiens subissent les plus graves persécutions aujourd'hui.
C'est ce qu'indique l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2020 qui parait aujourd'hui. Il recense les 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés en raison de leur foi.


1er rang: Corée du Nord
Nulle part au monde, la persécution des chrétiens n’est aussi brutale et impitoyable qu’en Corée du Nord, en tête de l’Index depuis 2002. Le pays est dirigé d’une poigne de fer par la famille Kim depuis 1948. Le culte de leur personnalité ne laisse pas la moindre place à une autre religion. Les 300.000 chrétiens qui y survivent doivent garder leur foi secrète, et même les parents ne peuvent pas en parler à leurs enfants tant qu’ils n’ont pas l’âge de comprendre le danger que cela implique. Le simple fait de posséder une bible peut vous envoyer en camp de travail. Malgré cela, non seulement l’Église nord-coréenne survit, mais elle est en croissance constante.


2e rang: Afghanistan
Les rares chrétiens étrangers ont quitté le pays et les chrétiens afghans sont tous issus d’un arrière-plan musulman. Ils vivent sous la menace permanente de l’extrémisme islamique, auquel s’ajoutent les rivalités ethniques, la corruption et la criminalité. Tout chrétien découvert est un déshonneur pour sa famille, qui n’hésitera pas à le faire disparaître. S’il s’agit d’un commerçant par exemple, sa boutique sera détruite. Dans un tel contexte, les quelques milliers de chrétiens afghans s’entourent du plus grand secret pour vivre leur foi. Les contacts sont rares, mais un Afghan de la communauté chrétienne, totalement clandestine, affirme:
«Nous n’avons pas peur. Nous sommes forts et pleins d’espérance. Nous savons que Jésus reviendra. C’est pour cela qu’il y a tant de souffrance et tant de persécution.»


3e rang: Somalie
Selon la Constitution, l’islam est déclaré religion d’État. Toute conversion au christianisme est donc illégale. Quitter l’islam équivaut à commettre une trahison impardonnable envers la famille et le clan. Les islamistes radicaux (shebabs) ont déclaré publiquement vouloir débarrasser le pays de tous les chrétiens. Ils s’appuient sur les clans qui structurent la société somalienne pour obtenir le moindre renseignement sur d’éventuels chrétiens afin de les éliminer sans merci et en toute impunité. En Somalie, la vie des chrétiens dépend de leur prudence. Les quelques centaines de chrétiens sont le plus souvent isolés. Rares sont ceux qui parviennent à se réunir en petits groupes pour partager leur foi et s’encourager les uns les autres.

Qu’il soit Nord-Coréen, Afghan ou Somalien, chaque chrétien qui vit dans un contexte de persécution extrême est précieux devant Dieu. Nous qui pouvons prier en toute liberté, gardons dans notre cœur en particulier nos frères et sœurs de ces nations.


Voir le classement des 50 pays >
Sujets de prière :

Remercions Dieu pour la présence de chrétiens dans les pays les plus hostiles
Prions afin que Dieu protège et bâtisse son Église au cœur de la persécution la plus sévère
Prions pour que l’Évangile parvienne aux autorités nord-coréennes, afghanes et somaliennes

 

Nouvelles du 18/12/2019

Centrafrique: «Levons-nous et bâtissons!»
 

La République centrafricaine connaît une guerre civile depuis 2013. Au milieu du chaos, des chrétiens se lèvent pour apporter de l'espoir. Rencontre avec le pasteur Richard.

Lors d'un voyage à Bossangoa, au Nord-Ouest de la Centrafrique, il y a quelques semaines, deux équipiers de Portes Ouvertes ont eu l'occasion de rencontrer le pasteur Richard (pseudonyme), engagé dans des projets communautaires permettant à des chrétiens locaux de se relever et de reconstruire.
Une population en alerte

Les rebelles Séléka, majoritairement musulmans, ont commis d'horribles exactions au début de la guerre civile. Ils ont maintenant été repoussés à 60 km de Bossangoa, mais la population reste constamment en alerte. En raison de la situation volatile et de l'insécurité persistante, de nouveaux déplacés arrivent encore des villes alentours.
Huit mois en fuite dans la brousse

Richard témoigne de ce qu'il a vécu: «Un groupe d'autodéfense était commandé par mon frère au moment des événements dramatiques de 2013. Cela a entraîné des représailles sévères. Mon frère a été tué et les rebelles Séléka ont aussi cherché à m'ôter la vie. Nous avons fui et passé huit mois dans la brousse.» Fortement traumatisé par ce qu'il a subi, Richard avait perdu tout espoir et se sentait «comme mort». Il était rempli de rancune et ne pensait qu'à se venger.
Du traumatisme à une vision nouvelle

Tout a changé au cours d’une formation post-traumatique organisée par Portes Ouvertes à Bossangoa. Parmi les participants se trouvaient des pasteurs, des veuves, et Richard. Le but: soutenir ces personnes victimes de violences et les aider à démarrer des projets.

Cette formation a ouvert les yeux à Richard et lui a permis de se relever et de retrouver l'espoir. Avec d'autres pasteurs, il a fondé l’association «Les Bâtisseurs», inspirée de Néhémie 2:18: «Levons-nous et bâtissons!» Richard explique:

«Nous sommes devenus des bâtisseurs avec un ministère holistique.»

En effet, ce groupe met sur pied aussi bien des séminaires pour les personnes traumatisées que des projets de développement (élevage, agriculture, pharmacie, centre médical).

Richard a également la vision de créer un orphelinat. Les familles de la région accueillent de nombreux orphelins chez elles. À la fin de la visite, Richard a dit à nos deux voyageurs combien il avait été encouragé par leur présence: «Nous savons aujourd'hui que vous nous aimez. Dites à vos églises comment Dieu nous a relevés, que c'est grâce à vos prières. Votre visite nous a réconfortés.»


Sujets de prière

Remercions Dieu pour l’engagement de Richard et d’autres qui s’investissent pour rebâtir des vies brisées
Prions afin que Dieu aide de nombreuses personnes à se relever au moyen du soutien post-traumatique
Prions pour que la paix revienne en Centrafrique, pour la réconciliation de la population et pour la reconstruction du pays

 

Nouvelles du 04/12/2019

Burkina Faso: le choc après une nouvelle attaque dans une église
Nos frères et sœurs du Burkina Faso ont besoin de nos prières ferventes pour garder espoir et rester unis face à l'hostilité croissante.
Le Premier ministre (à gauche) a présenté ses condoléances
au président des églises évangéliques du Burkina Faso
Il est difficile d’imaginer l’émotion provoquée par la terrible attaque qui a visé l’Église Évangélique de la SIM à Hantoukoura dimanche au Burkina Faso. Nous sommes profondément choqués par cette nouvelle et par le fait que des enfants n'ont pas été épargnés. Le choc et le traumatisme sont inimaginables.
Depuis le début de l’année c’est la 9e attaque contre des chrétiens, avec un total de 41 victimes. 


Sujets de prière :

Prions pour que Dieu soit proche de tous ceux qui ont le cœur brisé et qu’il agisse dans leur vie
Remercions Dieu pour l’aide qui se prépare: qu’il protège ceux qui l’achemineront par camions


Inde: libérés sous caution après 11 ans de prison


Ils ont enfin pu pousser les portes de la prison. Cinq chrétiens faussement accusés de meurtre ont été libérés sous caution après 11 ans derrière les barreaux.



Émotion palpable lors de la sortie de prison de Gornath


«C’est le plus beau jour de ma vie», s’est écriée Rutha, l’épouse de Gornath, en serrant un bouquet de fleurs dans ses mains. Les familles attendaient avec impatience, rassemblées pendant des heures depuis le matin devant la prison de Phulbani (district de Kandhamal). Lorsque la porte de fer s’est enfin ouverte, les cinq détenus ont reçu un accueil émouvant. Les larmes ont jailli de part et d’autre.

Enfin libres… ou presque

Après 11 ans de détention, les 5 chrétiens ont été mis liberté sous caution par la Cour suprême en raison de l'absence de preuves. «Lorsque nous avons été condamnés (en 2013), ce fut un choc. C'était très stressant pour moi quand je me suis retrouvé derrière les barreaux pour meurtre, alors que j’étais innocent», a déclaré Gornath qui ajoute:

«Je remercie Dieu pour la liberté. Ma joie n'a pas de mots.»



Sujets de prière :

Remercions Dieu pour ces cinq chrétiens libérés enfin réunis à leur famille
Prions pour leur acquittement définitif et pour qu’ils retrouvent une vie normale


 

Nouvelles du27/11/2019

Inde: malgré les attaques beaucoup se tournent vers Jésus


En Inde, les chrétiens sont de plus en plus persécutés en raison de la politique nationaliste du gouvernement. Mais cela n'empêche pas de nombreux Indiens de se tourner vers Jésus.
En Inde, les chrétiens transforment leurs maisons en lieux de culte
Le pasteur Ramsu Damor et sa famille ont été expulsés de chez eux sans pouvoir rien emporter. Son épouse a été molestée par son jeune frère. Cependant, il est inébranlable dans sa foi et est prêt à persévérer pour Christ. Voici ce qu'il dit:
«Je continuerai à marcher dans la foi jusqu'à mon dernier souffle, même si le monde entier choisit de s'opposer à moi.»


En Inde, les chrétiens sont de plus en plus persécutés en raison de l'influence de la politique nationaliste du gouvernement. Mais cela n'empêche pas de nombreux Indiens de se tourner vers Jésus, ce qui agace les partis extrémistes hindous. Les chrétiens qui parlent de leur foi sont considérés comme des agents de pays étrangers qui attirent les gens par l'argent ou des avantages matériels.
C’est ce qui est arrivé à Ravi, un chrétien de 65 ans: «Le journal local m’a accusé à tort de vouloir attirer des gens au christianisme par des moyens déloyaux. Deux fois, j’ai été brutalement battu et des extrémistes ont tenté d’incendier ma maison. J’étais terrifié, mais heureusement, ils n’y sont pas parvenus. Ils m’ont cependant menacé de nouvelles violences si je continuais à témoigner.»
Dans le Sud de l’Inde, la violence contre les rassemblements chrétiens augmente plus rapidement que dans la plupart des autres régions.


Les menaces se durcissent
Les attaques contre les églises ont commencé par des jets de pierres visant les bâtiments, pour intimider les chrétiens. Au fil de ces dernières années elles sont devenues plus fréquentes et plus graves. Face aux incendies d’églises qui mettaient leur vie en péril, les chrétiens ont construit des salles de culte plus discrètes. Mais les autorités ont réagi. «Le gouvernement a imposé des restrictions sur les permis de construire et l’utilisation de ces salles», témoigne l‘un de nos partenaires qui poursuit: «Dans de nombreux districts, des instructions officielles interdisent les réunions dans les maisons. Nous n’avons plus aucune protection!», dit-il.
Des centaines d’incidents confirment ce constat. Lorsqu’une attaque survient au domicile des chrétiens, la police ne fait rien, même s’il y a des blessés.
Préparés à la persécution


Comme la persécution augmente fortement, les partenaires de Portes Ouvertes multiplient les séminaires de préparation à la persécution. Ravi en a bénéficié:
«Cette formation m’a tellement touché que j’essaie d’y faire venir les nouveau convertis. Ce sont eux qui rencontrent la plus grande opposition.»
Les séminaires servent à comprendre la persécution d’un point de vue biblique, mais aussi à diffuser des connaissances juridiques. Les chrétiens sont souvent arrêtés par la police ou agressés par des extrémistes hindous. S’ils sont au courant de leurs droits de citoyens indiens, ils peuvent, au moins dans certains cas, revendiquer une protection. Ravi confie encore:
«J’ai subi beaucoup d’interrogatoires, mais la police n’avait jamais de motif suffisant pour m’arrêter. Je n’ai jamais abandonné ma foi ni mon ministère, car Dieu m’a donné des forces.»
Quant au pasteur Ramsu Damor, il a reçu une aide financière pour louer un nouveau logement où s'installer avec sa famille. 


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour les nombreuses personnes qui répondent à Son appel en Inde
Prions pour les pasteurs Ravi et Damu et leur famille
Prions pour nos partenaires sur place qui prennent souvent de grands risques

 

Nouvelles du 20/11/2019

Burkina Faso: le secours de Dieu dans la détresse
Dans le Nord du Burkina Faso, la violence terroriste a déplacé des milliers de chrétiens. Nous avons pu apporter de l'aide aux familles les plus vulnérables.
Deux mois de nourriture assurés pour 560 familles chrétiennes déplacées
Naomi Zoré et son mari Eli, pasteur, vivaient en bons termes avec leurs voisins musulmans dans la paisible bourgade d’Arbinda au Burkina Faso. Mais cette paix a volé en éclats lorsque des terroristes islamistes ont commencé à attaquer la communauté chrétienne.
«Le jour où mon monde s’est arrêté»
«Ce samedi-là, Eli venait de préparer sa prédication du lendemain. Il est allé voir son ami, lui aussi pasteur. Nous avons soudain entendu des coups de feu. Dehors, les gens couraient et criaient. J’ai voulu prier dans ma chambre avec mes enfants. La fusillade a duré deux heures. Je suis ensuite sortie devant notre maison pour attendre mon mari. J’ai vu arriver son ami. Il avait l’air très troublé», se souvient Naomi.
Cet ami pasteur a repris son souffle et, encore haletant, il a dit: « Naomi, courage! ton mari est mort.» Il avait perdu la vie en revenant sur ses pas pour protéger sa famille. Naomi reprend:
«Mon monde s’est arrêté. J’étais sans voix. Il a été abattu dans la rue. À 45 ans, je me retrouve seule pour prendre soin de mes neuf enfants.»
La vie est devenue très dure pour Naomi, qui a dû déplacer sa famille dans un camp de réfugiés situé dans la ville de Kaya: «Les chrétiens ont eu la gentillesse de nous héberger. Mais ils n’avaient pas les ressources pour nous nourrir. Nous avons crié à Dieu nuit et jour.»
Dans la tourmente du terrorisme islamique
Les violences quasi quotidiennes au Nord du pays ont causé des centaines de morts depuis janvier 2019. Selon l’ONU, 289.000 personnes ont dû quitter leur foyer et 2.024 écoles ont été fermées. Le pasteur Samuel Sawadogo est responsable des personnes déplacées dans son secteur: «Nous ne savons pas qui sont les agresseurs, ni qui les parraine. Tout ce que nous savons, c'est qu'ils attaquent les chrétiens. Ces attaques ont brisé la vie de notre peuple. Nous sommes troublés et remplis de douleur suite à la mort de nos frères et soeurs. Nous encourageons les chrétiens déplacés à ne jamais perdre espoir, mais à avoir confiance que Dieu viendra à leur secours.»
Toute la population souffre des attaques islamistes mais les chrétiens ont été particulièrement ciblés.
«Nos prières ont été exaucées»
Après une première visite aux chrétiens réfugiés de Kaya, Portes Ouvertes a fourni une aide alimentaire d’urgence. Au total, 560 familles très vulnérables ont reçu du maïs, du riz et des haricots secs pour deux mois. «Honnêtement, je n'ai pas de mots. Dieu bénira richement tous ceux qui ont donné pour nous soutenir, et Il pourvoira à tous vos besoins comme Il l'a fait pour nous aujourd'hui», reconnaît Naomi.
«Aujourd’hui nos prières ont été exaucées. Quand j’ai vu les jeunes décharger des camions de nourriture, j’ai chanté des chants de louange à Dieu car il accomplit ses promesses envers nous. J’ai vu des gens verser des larmes de joie. Ils ne pensaient pas qu’ils auraient autant de choses pour nourrir leur famille», ajoute Samuel Sawadogo qui conclut:
«Ce soutien a un grand impact dans la vie des personnes déplacées et dans la nôtre.» 


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour le soutien apporté aux chrétiens déplacés du Burkina Faso
Prions pour les responsables chrétiens qui continuent à donner courage et espoir aux familles en difficulté
Prions pour que la paix revienne dans le pays et que les chrétiens retournent dans leurs villages afin d’y témoigner de la bonté de Dieu



Le procès des 5 chrétiens iraniens repoussé
Nous vous avions demandé de prier pour eux mercredi dernier. Les 5 chrétiens iraniens qui devaient être rejugés ont vu leur audience repoussée. La raison officielle évoquée? Le tribunal était «trop occupé».
Mais la vraie raison serait plutôt liée à la détermination du pasteur assyrien Victor Bet-Tamraz de rester en Iran. Nul doute que nos prières l’ont aidé à tenir ferme.
Continuons à prier pour nos frères et sœurs en Iran.

 

 

Haut de page