Les nouvelles (Eglises persécutées)

 

http://actionmissionnaire.fr/

L'Église persécutée et pays où les chrétiens sont persécutés. ( en audio)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Porte ouverte est la source de ces informations

Nouvelles du 19/09/2018

Cinq pasteurs de Zanzibar demandent nos prières


Les touristes sont les bienvenus à Zanzibar. Pour les chrétiens qui y vivent, la situation est bien différente. Cinq pasteurs nous montrent l’envers du décor. Ils ont besoin de nos prières.
Zanzibar : 'île paradisiaque' où les chrétiens sont opprimés
Zanzibar. Le nom évoque tout de suite les tropiques. Plages bordées de cocotiers, parfums d’épices… un lieu idyllique ? Pas pour tous ! L’extrémisme islamique devient de plus en plus oppressant pour les chrétiens. Cinq pasteurs lèvent le voile sur leurs difficultés. Ils font appel à nos prières. Nous utilisons des pseudonymes pour leur sécurité.


Le pasteur A* : très affecté par l'agression de sa fille
Un jour, une foule en colère a menacé de tuer le pasteur A* s’il ne quittait pas la région. Il vient de déménager sa famille pour la troisième fois en deux ans. Sa fille de 4 ans a été violée et l’agresseur n’a pas été inquiété. «Que sera la prochaine attaque ?», se demandent les membres de l’église locale, traumatisés. Très affecté, le pasteur A reste pourtant sur place, avec sa famille et trois anciens.
Le pasteur M* : empêché de construire une église
Le pasteur M* a pu acquérir un terrain en 2007 pour y construire une église. Depuis, ce permis lui est refusé. Une source locale affirme :
«C’est en raison de sa foi ! Il possède tous les documents légaux,
mais la justice fait traîner l’affaire.»
Pendant ce temps, son fils de 10 ans subit une terrible persécution dans le quartier et à l’école. Les enseignants ne font rien.
Le pasteur D* : accusé à tort
Bataille judiciaire aussi pour le pasteur D*, qui a eu l’autorisation de construire une école début 2018 sur un terrain calme, à l’écart. Mais il a été arrêté, faussement accusé de ne pas payer les 19 ouvriers du chantier.L’affaire est toujours en cours.
Le pasteur R* : son église a été détruite
En janvier, un bâtiment d’église a été détruit pour laisser place à la construction d’une université. un responsable affirme:
«C’était un arrangement organisé pour nous éliminer, alors que nous étions propriétaires. Nous n’avons reçu ni terrain ni indemnités en échange !»
Le pasteur Y* : épuisé et ruiné
En 2014, le pasteur Y* a été accusé à tort de viol sur une fillette surprise en train de jeter des pierres sur l’église. Il a gagné le procès. Mais en quittant le tribunal, il a été de nouveau arrêté. Les accusateurs avaient fait appel de la décision. L’affaire a duré quatre ans. Il a été finalement acquitté fin août! Le pasteur est épuisé, sa famille est ruinée.
Pourquoi les chrétiens sont-ils discriminés à Zanzibar ?
Zanzibar a un lien très fort avec l’islam. En effet, l’ «île aux épices» a servi de comptoir aux marchands arabes pendant des siècles. Elle fut même un sultanat de 1890 à 1963. L’influence de l’islam radical complique la situation des chrétiens à Zanzibar, dont la population est à 98 % musulmane. L'île située à l'Est de l'Afrique fait partie de la Tanzanie, qui ne figure plus dans l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens depuis 2013. 

*Pseudonyme
Sujets de prière :

Remercions Dieu pour la persévérance de ces 5 pasteurs
Prions pour leur protection et pour que Dieu renouvelle leurs forces
Prions pour que l’Église de Zanzibar se tienne aussi aux côtés de ces pasteurs

 

Nouvelles du 12/09/2018

Libye : «Par vos prières, vous combattez pour nous !»


Depuis fin août, les combats ont repris dans la capitale libyenne. La situation est très difficile pour les chrétiens qui y vivent. Ils nous demandent de prier pour eux, pour leurs ennemis et pour la paix.
Église à Tripolil
Dans Tripoli, les armes lourdes frappent à nouveau au hasard. Les Libyens sont pris dans les tirs croisés des différentes milices. Des milliers de personnes ont été déplacées ces dernières semaines à cause des combats. Coupures d’eau, d’électricité, approvisionnement difficile… la situation est tendue. Les chrétiens sont doublement vigilants : pour leur protection physique et pour leur sécurité en raison de leur foi.
«Grâce à vos prières, nous sommes en sécurité»
Originaire d'Afrique Subsaharienne, Désiré* vit en Libye depuis de nombreuses années. «Priez pour la paix en Libye. Priez pour les chrétiens qui ont déjà connu de nombreuses difficultés ces dernières années depuis la chute de Kadhafi en 2011», nous demande-t-il.
Le choix de rester et d’aimer ses ennemis
Ce n’est pas la première fois que la tempête se déchaîne sur Tripoli. Mais Désiré a toujours refusé de partir. «Des familles libyennes se donnent à Christ. Impossible de les abandonner ! Comment pourrais-je encore leur parler avec assurance à mon retour ?», affirme-t-il. Et pourtant, le risque d’être tué est bien réel. Désiré est clair à ce sujet :
«J’ai demandé à Dieu de m’ôter toute peur.»
Il a expérimenté la fidélité de Dieu dans des moments cruciaux. Face aux menaces des miliciens à un point de contrôle, Désiré a reçu des paroles de sagesse et il est passé ! En tant que chrétien africain, il aurait pu être abattu. Mais témoigner l’amour de Christ auprès des «ennemis» produit du fruit. Désiré raconte: «En pleine période de rationnement, nous avons partagé notre nourriture avec des musulmans. Ils ont été très touchés. Voyant cela, plusieurs ont donné leur vie à Jésus !»
Nous ne sommes pas des héros
En Libye, un musulman qui se convertit au christianisme est un homme mort… Désiré compte sur nos prières pour pouvoir continuer à servir Dieu dans ce pays:
«Si nous servons le Seigneur dans ce pays, ce n’est pas que nous sommes des héros. C’est grâce à vos prières.»
*Pseudonyme pour raison de sécurité


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour les serviteurs de Dieu qui vivent en Libye
Prions pour leur protection et pour que Dieu leur donne de l’audace
Prions pour que Dieu fortifie les chrétiens libyens

 

Nouvelles du 05/09/2018

Corée du Nord : 70 ans de résistance


Ce 9 septembre 2018 marque les 70 ans de la nation nord-coréenne. L’Église souterraine de Corée du Nord est loin des festivités. Mais sa seule existence montre sa capacité à résister. Depuis 70 ans !
Gigantesque puzzle du «Grand Leader», réalisé par plusieurs milliers de figurants
9 septembre 1948 : Kim Il-Sung proclame la naissance de la République Démocratique Populaire de Corée du Nord, dont il devient le dirigeant. C'est le début de 70 ans d’une impitoyable persécution envers l’Église. Mais les chrétiens s'organisent. Ils entrent en résistance. Ils le sont toujours. Qui l’imaginait?
Une Église entièrement souterraine
La société nord-coréenne est entièrement verrouillée. Personne n’est libre. Quant à l’Église, elle n’a aucun espace. L'État tente de l’anéantir depuis 70 ans. En vain. Bibles cachées, chants appris par coeur, messages transmis par bribes jusque dans les prisons, réunions secrètes... Quatre générations de chrétiens ont traversé la répression du régime. En toute clandestinité, 300 000 chrétiens se tiennent aujourd'hui constamment sur leurs gardes. Au moindre faux pas, c’est le camp de travail, la torture, la mort. Contre toute attente, l'Église a survécu... et elle grandit!
Couleurs de la fête et grisaille du quotidien
Le 9 septembre, les fameuses célébrations de masse (Arirang) vont réunir jusqu’à 100 000 participants dans une chorégraphie colorée et millimétrée au stade de Pyongyang, devant 150 000 spectateurs. Grandiose ! De quoi émerveiller les Nord-Coréens. De quoi leur faire oublier le quotidien. La réalité ? Très peu en parlent. Mais un de nos contacts raconte : «Nous souffrons de la corruption généralisée et des taxes. Le pire, c’est le manque de nourriture, surtout en hiver. Sous alimentés, sans chauffage ni hygiène, les gens tombent malades. Beaucoup meurent.»
Les vivres, preuve de l’amour de Dieu
Face à cette situation, Portes Ouvertes a augmenté son aide et touche 60 000 chrétiens nord-coréens avec de la nourriture, des médicaments et des vêtements. Par sécurité, nos méthodes d’approvisionnement restent secrètes. Les chrétiens Nord-Coréens réalisent à travers cette aide que Dieu prend soin d’eux et qu’ils ne sont pas seuls dans leur bataille spirituelle pour la liberté. «Vous ne connaissez pas la faim, mais Dieu a ouvert votre cœur et vous a ouvert les portes jusqu’à nous. Merci !», dit l’un d’eux.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour l’Église clandestine mais vivante en Corée du Nord
Prions pour que l’Évangile se répande dans le pays
Prions afin que Dieu incline le cœur du dirigeant actuel, Kim Jung-Un

 

Nouvelles du 29/08/2018

Pakistan : une rentrée qui change les vies


Parfois, il arrive que même des adultes fassent leur première rentrée! C’est l’expérience de Patras, au Pakistan. Une expérience qui a changé sa vie.
Patras était illettré. Il est devenu entrepreneur grâce à l’alphabétisation
Cette rentrée-là a transformé la vie de Patras*. À 20 ans, sans éducation, ce jeune chrétien pakistanais pouvait difficilement lire, écrire ou tenir des comptes.
Il n'avait que 10 ans lorsque son père l'a envoyé comme apprenti chez un menuisier au Pakistan. Son employeur s'occupait mal de lui et Patras gagnait peu en échange de son dur labeur. Oui, Patras croyait en Jésus, mais ne lui laissait pas de place dans sa vie. Le samedi soir, il fumait de la drogue pour oublier sa condition et il était trop fatigué pour aller à l'église le dimanche.

Alphabétisation à l’église
Un jour Patras apprend que des cours d'alphabétisation pour adultes sont donnés dans son église. Réticent au départ, il finit par s'inscrire. Tous les soirs après le travail, de 21h30 à 23h30, il a suivi un programme où la lecture et l’écriture étaient complétées par un enseignement spirituel. Au moment où il a obtenu son diplôme en alphabétisation et en calcul, Patras avait aussi accepté Jésus dans sa vie!
«Enseigner à des élèves comme Patras, c’est comme voir la lumière inonder une vallée sombre», a dit son professeur ému.


Au Pakistan, 65 à 70 % des chrétiens sont analphabètes
«Mon employeur m'a immédiatement licencié, disant que j'essayais d'être trop intelligent. Mais les enseignants m'ont aidé à trouver un emploi auprès d'un charpentier chrétien. Il m’a payé suffisamment pour pouvoir acheter mes propres outils et travailler à mon compte. Maintenant, je me sens comme un entrepreneur», se réjouit Patras.


Au Pakistan, 65 à 70 % des chrétiens sont analphabètes. Leurs conditions de vie sont très dures car ils souffrent de discriminations sociales et de persécutions. Au travers d'églises partenaires, le programme d’alphabétisation de Portes Ouvertes vise à atteindre environ 10 000 chrétiens cette année dans ce pays. Objectif : changer leur vie.
*Pseudonyme


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour Patras et pour le programme d’alphabétisation au Pakistan
Prions pour la protection des enseignants
Prions afin que de nombreux chrétiens soient instruits et fortifiés dans leur foi

 

Nouvelles du 22/08/2018

Ukraine : Razzia en plein culte


Depuis la prise de contrôle de l'Ukraine orientale par les insurgés pro-russes en mars 2014, les communautés chrétiennes ont subi des descentes de police dans plusieurs villes comme Krasnodon, Molodohwardijsk et Stachanow et, plus récemment, le 6 août dernier, dans la région de Luhansk.
Image d’illustration : église baptiste de Winnyzja, Ukraine (source : Håkan Henriksson)
L’église pentecôtiste de la ville d'Alchevsk célébrait le culte lorsque des hommes armés ont pénétré dans l'église et forcé les fidèles à s'allonger face contre terre. Selon un témoin oculaire, c’étaient des membres du ministère de la Sécurité de l’État de la république populaire autoproclamée de Louhansk. Les agresseurs ont confisqué un ordinateur et arrêté plusieurs anciens de l'église. Le pasteur et un responsable ont été convoqués au tribunal. Lors de raids précédents, de la littérature religieuse avait été confisquée et des sanctions ordonnées, par exemple des amendes allant jusqu'à 140 euros (représentant le salaire de plus de six semaines de travail), 50 heures de travail d'utilité publique, dix jours de prison.


Le mois dernier, le ministère de la Sécurité de la République de Louhansk a publié sur son site internet un décret interdisant les «activités destructrices de l'organisation religieuse extrémiste de l'Union des chrétiens évangéliques baptistes d'Ukraine». Les chrétiens ont été accusés de s’être soustraits à l’enregistrement obligatoire et de soutenir les troupes ukrainiennes dans la lutte qui secoue la région. Les églises craignent que les autorités appliquent à l’avenir des mesures encore plus drastiques à leur encontre en raison d’une nouvelle loi religieuse. Celle-ci exige un réenregistrement jusqu’à la fin du mois d’août et un nombre minimum de 30 membres adultes établis sur place. La communauté religieuse doit en outre soumettre toute sa littérature religieuse qui pourra ensuite être utilisée exclusivement par le groupe autorisé.

L'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Kiev, qui s'était séparée du Patriarcat de Moscou en 1992, est également touchée par ces mesures ; plusieurs églises ont été fermées par les séparatistes pro-russes.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour la persévérance des chrétiens en Ukraine orientale
Prions pour la protection des communautés chrétiennes afin qu'elles puissent continuer à se rassembler et à s'encourager mutuellement dans la foi
Prions que Dieu fortifie spécialement les pasteurs qui sont sous une grande pression et qu’Il leur donne la sagesse

 

Nouvelles du 15/08/2018

Cameroun : un enseignant du Coran décide de suivre Jésus
Depuis qu’il a découvert la vérité sur Jésus, Omar a cessé d’enseigner le Coran. Une décision qui lui a valu de graves ennuis et qui a divisé sa famille.
Omar, un enseignant du Coran, a découvert que Jésus est le véritable chemi
Omar, un père de famille de 31 ans, était très respecté dans son village à l’extrême Nord du Cameroun : il enseignait le Coran. Mais le 5 avril dernier, il a entendu le message de l'Évangile et cela est venu bousculer ses convictions.


«Je suis rentré chez moi. Connaissant bien le Coran, j'ai décidé d'y lire ce qu'il disait sur Jésus. J'en ai tiré la conclusion que Jésus est le chemin», se souvient Omar.
Les ennuis commencent
Le lendemain, les élèves sont venus pour leur leçon coranique habituelle. Omar a essayé de les envoyer vers un autre professeur, mais ils se sont mis à pleurer et ils ont refusé de partir. Cela a attiré l’attention des parents, qui ont voulu savoir ce qui se passait. «Je leur ai dit que j'avais découvert la vérité sur Jésus et que je voulais le suivre», dit Omar. Cette déclaration n’a pas été du goût de son oncle, qui s’est présenté au domicile d’Omar. Alors que dehors la foule grandissait, il a fait pression sur Omar pour qu’il quitte la communauté.


Ne pas rendre le mal pour le mal
Plus tard, cet oncle a profité du moment où Omar était parti au marché pour mettre le feu à sa maison. Omar était dévasté, prêt à riposter : «J'ai acheté du carburant et j'ai pris des allumettes pour aller mettre le feu chez lui. Mais quelque chose m'a retenu. J'ai appelé le pasteur. Il m'a dit de ne pas rendre le mal pour le mal», raconte-t-il. Sur les conseils du pasteur, Omar a emmené sa famille au village de son père, un musulman non pratiquant, alors que lui-même trouvait refuge auprès d’un autre pasteur.
«Un jour, j'ai découvert que ma femme et mes enfants n'étaient plus là. Mon père m'a dit qu'il n'était pas le tuteur de ma famille et que je n'étais plus son fils», dit Omar.
Actuellement, on a fait savoir dans le village que quiconque trouvait Omar devait le punir pour avoir quitté l’islam. Sous la pression, Omar a décidé de déménager à nouveau. «Maintenant que je connais la vérité, j'ai fermement décidé de suivre Jésus. Je ne veux pas continuer dans l'islam», affirme Omar.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour la ferme décision prise par Omar
Prions pour que Dieu l’encourage pendant cette période difficile
Prions Dieu de subvenir à ses besoins et de le réunir à sa famille

 

Nouvelles du 08/08/2018

Inde : persécution intense dans le district de Gadchiroli


Chrétiens menacés de mort, ostracisés, maisons détruites… La persécution des chrétiens est extrêmement forte dans le district de Gadchiroli en Inde.
Église du village de Kospundi détruite le 7 juillet 2018
Dimanche dernier, en Inde, un chrétien de l’Etat de Maharashtra du district de Gadchiroli a été violemment agressé en raison de sa foi. Plusieurs villageois l’ont battu et forcé à abandonner sa foi. Gallu Kowasi a été conduit les yeux bandés dans un endroit inconnu où il a été torturé. Sa maison a été détruite par les villageois. Il a finalement réussi à prendre la fuite.


Plus d'une douzaine de maisons vandalisées
Depuis juin, plus d’une douzaine de maisons appartenant à des chrétiens ont été vandalisées par des groupes extrémistes locaux dans cinq villages du district de Gadchiroli.
Le district de Gadchiroli est actuellement le théâtre de violences récurrentes à l’encontre des chrétiens. Si une personne décide de se convertir au christianisme, elle sera ostracisée par sa famille et la société. Elle perdra son emploi et ne bénéficiera d’aucune aide pour accomplir son travail aux champs. Par la suite, cette même personne pourrait être menacée, attaquée et voir ses biens détruits.
Renier sa foi face à l’intensité de l’épreuve.


Les chrétiens des villages de Halwar, Tekla, Bharagad, Kospundi et Alenga ont été menacés d’être privés de l’approvisionnement en eau et de ne plus avoir accès aux épiceries subventionnées par le gouvernement. Trois familles du village de Koskundi se sont rendues au poste de police. Celui-ci a été encerclé par une centaine de villageois. Ils réclamaient que les chrétiens soient chassés du village.


Le 3 juillet 2018 dans le village de Burgi, trois familles ont été menacées de mort et d’être privées de denrées alimentaires distribuées par le gouvernement. Toutes ces familles étaient chrétiennes depuis une dizaine d’années et membres de l’église St. Andria CNI de Burgi. Elles ont décidé de renoncer à leur foi chrétienne.
Les chrétiens de ce district sont extrêmement craintifs. Alors que certaines familles ont abandonné la foi beaucoup d’autres sont encore debout et essaient de tenir ferme face à l’épreuve.


Sujets de prière :

Prions pour que les chrétiens du district de Gadchiroli tiennent ferme dans la persécution et traversent ces épreuves de façon victorieuse.
Prions pour les familles qui ont renié leur foi afin qu'elles ne sombrent pas dans la culpabilité mais se relèvent et prennent courage.
Remercions Dieu pour Sa fidélité dans l'épreuve car rien ne pourra jamais séparer les chrétiens de l'amour qu'Il a manifesté à la croix.

 

Nouvelles du 03/08/2018

Pakistan : «Notre combat n’est pas contre la chair et le sang»


Imran Khan est en passe de devenir le nouveau Premier ministre du Pakistan. Cette ancienne star de cricket pourrait rendre la vie encore plus difficile pour les chrétiens. Ces derniers nous demandent de prier instamment pour l’avenir de l’Église dans leur pays.
Les chrétiens du Pakistan demandent la prière après le résultat des élections
«Beaucoup de chrétiens craignent qu’Imran Khan dirige le pays», nous avait confié un responsable chrétien pakistanais avant les élections. Maintenant qu’il est élu, les chrétiens du Pakistan sont inquiets. Ils se préparent à un durcissement politique contre les minorités du pays. Ils se préparent aussi à ancrer leur foi encore plus profondément dans la Bible.


Pourquoi Imran Khan inquiète-t-il tant les chrétiens ?
Imran Khan dirige le parti politique Tehreek-e-Insaf. C'est un parti centriste qui vise à créer un État providence, un État qui prendrait à sa charge l'éducation, la santé et l'employabilité des citoyens. À première vue, cela semble être une bonne nouvelle pour la minorité chrétienne du Pakistan. Celle-ci lutte souvent pour avoir accès à l'éducation, aux soins de santé et à un travail digne en raison de la discrimination et des attaques de la part des extrémistes islamiques. Mais creusons un peu plus profond pour comprendre qui est Imran Khan.

Quelques heures après la confirmation de sa victoire aux élections législatives, Imran Khan s'est adressé à la nation en déclarant que sa forme de gouvernement préférée est «l'État islamique tel qu'établi par le prophète Mohammad à Médine».
Il a déclaré qu'il voulait revenir à la jirga, une assemblée traditionnelle de dirigeants qui prennent des décisions par consensus et selon les enseignements de Pachtounouali. Il se baserait donc pour gouverner sur une série de codes éthiques non écrits qui sont antérieurs aux lois modernes et qui s'avèrent un mélange dangereux en combinaison avec la charia, la loi islamique stricte.
Imran Khan s'est également prononcé en faveur des lois pakistanaises sur le blasphème. Comment va-t-il gérer alors le cas d’Asia Bibi, une mère chrétienne condamnée à mort pour blasphème ?


«Dieu a permis que cela arrive»
L’Église du Pakistan se prépare à tout ce qui pourrait advenir sous le gouvernement d'Imran Khan. Elle constitue une minuscule minorité au Pakistan et est déjà victime de discrimination et d'attaques de la part des extrémistes islamiques.
À l’annonce des résultats des élections, un partenaire local de Portes Ouvertes nous a confié : «Nous avons prié pour que ce gouvernement ne soit pas élu, mais Dieu avait un autre plan. Nous voyons un nouveau dirigeant à la barre, qui est enraciné dans le même extrémisme qui torture les chrétiens depuis des décennies. L’avenir semble sombre.»
«Dieu a permis que cela arrive. Il a un plan bénéfique pour son Église. Nous l'acceptons et nous marcherons dans la vérité et la dignité. Nous resterons toujours fidèles à nos valeurs chrétiennes.»
Un autre partenaire local de Portes Ouvertes affirme : «Notre combat n'est pas contre la chair et le sang, mais contre les pouvoirs et les principautés qui animent cette chair et ce sang. Nous avons besoin de sagesse et de discernement dans les jours à venir et nous sommes profondément reconnaissants pour la manière dont vous avez prié pour nous et vous vous êtes tenus à nos côtés dans le cheminement.»
Sujets de prière :

Prions pour la sagesse, le discernement et la protection de l’Église au Pakistan
Prions pour que Dieu œuvre dans le cœur d’Imran Khan et des membres de son gouvernement
Remercions Dieu pour tout le travail de soutien accompli à travers les partenaires locaux de Portes Ouvertes

 

Haut de page