Pensée de la semaine

 

 


 

Pardon et réparation

"Mais il arriva que, la vingt-troisième année du roi Joas, les sacrificateur: n'avaient point réparé ce qui était à réparer à la maison" 2 Rois 12/6

Dès qu'il s'agit de réparer, vous pouvez compter sur votre nature humaine pour prendre son temps ! Pourtant, lorsque c'est encore possible, peut-on envisager le pardon sans réparation ? Non. la réparation fait partie du pardon.

Bien entendu, il existe des cas où il est devenu impossible de réparer que que ce soit, le mal est fait, c'est irréparable : reste la grâce du pardon, essentielle et suffisante ! Lorsque vous avez mal parlé de quelqu'un, lorsque vous avez répandu des calomnies sur les autres, comment réparer ? Le mal qui a été fait à un enfant violé et dont les conséquences vont le suivre tout au long de sa vie. a moins d'un miracle, comment le réparer ? les mots sont bien trop petits !

Mais il y a aussi toutes les situations où il est possible de réparer ; alors n'hésitez pas ; quoi qu'il en coûte, réparez ! N'attendez pas ! Allez vers l'autre, vers le prochain : rendez l'argent dérobé : confessez votre mensonge ; délivrez l'autre de vos accusations ; reconnaissez courageusement vos erreurs, demandez pardon et réparez !

D'ailleurs, est-il utile de le dire, de l'écrire ? N'est-ce pas une évidence ? Lorsque l'Esprit de Dieu agit au fond du cœur d'un être humain en vue de la repentance, il y a deux choses que l'intéressé n'a pas envie de faire : accuser quelqu'un d'autre pour se défendre, et refuser de réparer ses torts. Ne ressemblez jamais à ces sacrificateurs qui ont été négligents quant aux réparations à faire. Vous savez bien ce qu'il vous faut réparer, vous savez comment le faire ; vous le savez depuis longtemps : c'est donc aujourd'hui le jour de la réconciliation, de la réparation, de la restauration !

Une prière pour aujourd'hui

Pardon Seigneur pour ma négligence coupable : je dois réparer ma faute : j'ai demandé pardon mais je n'ai rien réparé encore ; je veux le faire aujourd'hui avec ta grâce et quoi qu'il m'en coûte !