Les nouvelles (Eglises persécutées)

 

http://actionmissionnaire.fr/

L'Église persécutée et pays où les chrétiens sont persécutés. ( en audio)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

 

Porte ouverte est la source de ces informations

Prions pour nos frères et soeurs persécutés                         

Nouvelles du25/11/2020

Irak: 200 familles chrétiennes de retour à Mossoul

200 familles chrétiennes déplacées se préparent à regagner Mossoul en Irak. Elles avaient fui la ville prise par l’organisation État Islamique en juin 2014.


Le Centre d’espoir d’Al Qosh, près de Mossoul


Mossoul garde beaucoup de cicatrices des destructions infligées par les islamistes. On peut encore lire sur les murs ces inscriptions en arabe: Terre du Califat. Mais aujourd’hui, un vent de changement semble souffler sur la ville qui se situe au Nord de l'Irak.
De nouveaux comportements
Certains signes laissent présager des jours meilleurs. Ainsi, une association de bénévoles a déblayé les décombres à l’intérieur d’une église syriaque. Mohammed Essam, co-fondateur de l’association, a déclaré:
«C’est un message adressé aux chrétiens pour leur dire de revenir, car ils ont leur place à Mossoul.»
Il a lui-même été témoin des atrocités commises contre les chrétiens, de la confiscation de leurs maisons et du pillage des églises, notamment de cette église vieille de près de deux siècles. Il souhaite maintenant apporter son soutien à la communauté chrétienne. Mohammed Essam et son équipe ont distribué de la nourriture et collecté des fonds pour aider à reconstruire les maisons des familles les plus démunies. «Après tout, Mossoul est aussi leur ville. Ils ont une riche histoire ici», dit-il. Une telle initiative mérite d’être soulignée, dans un pays où les chrétiens, dépouillés de leurs biens, luttent pour survivre.
Une présence chrétienne nécessaire
Avant la chute de Saddam Hussein en 2003, Mossoul comptait environ 45.000 chrétiens. Ils ont commencé à partir, et ceux qui étaient encore là en 2014 ont fui avec l'arrivée de l'organisation État Islamique.
Un responsable chrétien, de retour en Irak après six ans d’absence, a été choqué par la désintégration de la société et la souffrance de la population. Mais il est convaincu de la nécessité pour les chrétiens de rester. Il affirme:
«Notre présence n'est pas seulement religieuse, elle est aussi éducative.»
Il ajoute: «Nous avons pour mission de créer une atmosphère de paix dans ce pays, en démontrant par le témoignage de notre foi, de notre amour et de notre sérénité, qu'il existe des manières de vivre qui vont au-delà de la violence et de la guerre.»
Centres d’espoir: un soutien concret
Dans cette perspective, Portes Ouvertes et ses partenaires en Irak ont créé des «Centres d’espoir» pour enrayer l’hémorragie de la communauté chrétienne et faire renaître la vie. Basé dans une église dans telle ou telle ville, un Centre d’espoir crée des liens solidaires dans le but de rebâtir des maisons (fonds, entraide), la communauté chrétienne (aide pratique, projets socio-économiques, écoles…) et la vie spirituelle (formations bibliques, activités pour les enfants et les jeunes). Ces actions font une réelle différence dans la vie des chrétiens. Encouragés et fédérés dans un même élan, ils sont à leur tour participants à la reconstruction de leur pays.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour les changements positifs dans la ville de Mossoul.
Prions pour que ces familles chrétiennes se réinstallent sans crainte dans la ville.
Prions pour que la présence chrétienne rayonne à nouveau dans Mossoul.

 

Nouvelles du 18/11/2020

Violences au Nord-Cameroun: plus de 60 écoles fermées

Les troubles se poursuivent et s’intensifient dans le Nord-Cameroun. Les villages chrétiens restent les cibles privilégiées des terroristes.

Jeannette et son fils Zagba ont survécu à l’attaque de leur village.

Depuis le Nigéria, le groupe islamique Boko Haram a intensifié ses attaques. Ses combattants sèment la mort et la destruction dans les villages frontaliers du Nord-Cameroun. «Depuis le début de cette année il y a au minimum trois attaques par semaine», confirment des sources militaires.

Plus de 60 écoles fermées récemment

Ces écoles se trouvent dans la zone frontalière avec l'État de Borno au Nigeria, où le groupe Boko Haram est le plus actif. «Les enseignants ont fui et au moins 34.000 élèves ont été déplacés à l'intérieur du pays, forcés de fuir leurs villages» déclare le responsable régional de l'éducation. Yonas, un partenaire de Portes Ouvertes qui connaît bien le secteur, ajoute:

«La fermeture des écoles dans le Nord-Cameroun montre à quel point le pays est dépassé par le double défi de la pandémie et du militantisme islamique.»

Répondre présent, réconforter, aider

Avec l'attention du gouvernement tournée vers la lutte contre la pandémie, des extrémistes tels que le groupe Boko Haram profitent de l'opportunité pour étendre leurs opérations. Yonas s’inquiète:

«L'activité croissante des militants islamiques est particulièrement menaçante pour les communautés chrétiennes.»

Jeannette a vécu cette menace et en subit les conséquences. Son village, Makhoulahe, a été attaqué par 300 membres de Boko Haram. Elle raconte: «On m'a tiré dessus et je crois que j'ai évité trois balles. Je pensais me tenir à l’abri quand un des agresseurs m'a attrapée par derrière et m'a poignardée dans le cou. J'ai réussi à me libérer et à m'enfuir. Je suis arrivée en sang chez mon oncle.» Une équipe de Portes Ouvertes s'est rendue sur place au moment des funérailles des victimes de l’attaque et a rencontré Jeannette: «Ses émotions oscillaient entre le choc de la mort de son mari et le soulagement que son fils, Zagba, ait survécu. Elle semblait épuisée.»

Un équipier rapporte: «Nous n'avions rien à offrir à ces chrétiens en deuil, si ce n'est une prière et un message de solidarité de la part du corps mondial du Christ. Humainement, c'était peut-être trop simple. En fait, c'était une chose très profonde d'être avec eux ce jour-là, alors que Jeannette et d’autres chrétiens faisaient face à l'un des moments les plus difficiles de leur nouvelle réalité: dire un dernier adieu à leurs proches.»

Portes Ouvertes s’efforce de réconforter et d’encourager les plus vulnérables parmi les survivants de ces attaques. Cela se traduit par un soutien physique et spirituel en priant avec les personnes en deuil. La prière contribue à atténuer le traumatisme. Dès que possible, nos équipes reviendront avec un soutien concret pour aider ces familles à reconstruire leur vie.



Sujets de prière :

Remercions Dieu pour la présence et le soutien apportés à Jeannette et aux chrétiens en deuil
Prions pour que les chrétiens du nord-Cameroun expérimentent que Dieu est proche d’eux
Prions pour que le gouvernement camerounais parvienne à protéger ces chrétiens éprouvés

Nouvelles du 11/11/20230

Asie Centrale : Dieu ouvre les portes de l’impossible

Evengy est l’exemple même d’une vie transformée par Dieu pour agir avec foi dans les pires endroits et tendre la main aux exclus. Et les portes s’ouvrent!

Dans le centre de réhabilitation ouvert par Evengy

Parce qu’il était aussi un paria autrefois, Evengy (pseudonyme) sait ce que peut réaliser la puissance de Dieu chez quiconque lui confie sa vie. Aujourd’hui partenaire de Portes Ouvertes dans son pays en Asie Centrale, Evengy ne recule devant rien pour annoncer l’Évangile. Il donne parfois des nouvelles et compte sur notre soutien dans la prière, comme dans son dernier message du 20 octobre: «Le Seigneur nous a permis de rencontrer le mollah d'un village situé dans une région réputée violente. Il nous a invités chez lui et il nous a écoutés très attentivement. Il a suggéré que je reste chez lui chaque fois que je viendrai au village. Je remercie le Seigneur pour cette opportunité. Priez pour moi, afin que le Saint-Esprit me guide et me donne sa sagesse sur la façon de servir dans ce lieu très difficile.»

J’étais en prison et tu m’as visité

Evengy est animé d’une foi toute simple dans sa façon de croire. Bien que peu éduqué, il a une solide connaissance de la Bible et il y fait sans cesse référence. C’est l’œuvre de Dieu, car Evengy est devenu alcoolique dès l’âge de 8 ans avant de plonger dans la délinquance. Il a été arrêté à 16 ans puis condamné à 9 ans de prison. Un jour, une voix intérieure lui dit: «Tu as besoin de te repentir!» Dieu conduit ensuite deux personnes auprès d’Evengy: sa tante qui lui apporte un Nouveau Testament et un pasteur qui visite les prisonniers. Evengy se repend, confie sa vie à Dieu et commence à partager l’Évangile.

La puissance de la prière ouvre les cœurs

Dieu agit puissamment: il est le seul à empêcher les gardiens de frapper les détenus par la force de la prière. Quand Evengy prie pour les autres prisonniers, en majorité des musulmans, ils sont guéris et acceptent Jésus dans leur vie. Il n’a qu’une seule explication:

«J’ai senti un appel et j’ai tout de suite eu une passion pour atteindre les gens avec l’amour de Dieu.»

Ainsi, Dieu l’a conduit vers une cinquantaine de condamnés à mort en attente de leur exécution. «Je leur ai témoigné de ce qu’est la vie en Christ et beaucoup se sont convertis avant de mourir», dit-il. Et depuis qu’il est libre, Evengy continue à visiter les criminels les plus dangereux, très surpris de son courage et touchés par sa foi.

Un renouveau des églises de maison

Evgeny est également pasteur d'une église de maison non enregistrée, et il a ouvert une église de maison dans les montagnes d'une région oubliée. Il faut 17 heures de mauvaise route pour visiter ce groupe de maison. «Là aussi, j'ai découvert qu'il y a des drogués et des alcooliques. Avec l'aide de Portes Ouvertes nous avons donc créé un centre de réhabilitation pour eux. Ils ont trouvé la guérison, mais surtout, ils ont trouvé Jésus! Certains sont maintenant évangélistes et tendent la main dans cette région isolée. Ils ont aussi commencé à construire des églises. Il y a un véritable renouveau des églises de maison, en commençant par les anciens prisonniers qui sont venus à la foi. Notre ministère concerne de nombreux anciens toxicomanes et alcooliques qui étaient en prison», se réjouit Evengy.



Sujets de prière :

Remercions Dieu pour le témoignage d’Evengy parmi les criminels et auprès des musulmans en Asie Centrale
Prions pour que Dieu le protège et le fortifie dans son ministère
Prions pour que l’Église brille dans ce pays d'Asie Centrale où les chrétiens sont persécutés

Nouvelles du 04/11/2020

Mexique: prêt à perdre une bataille pour que Dieu remporte la victoire

En acceptant de perdre une bataille face à l’adversité, Lauro a laissé Dieu remporter plusieurs victoires. Ce chrétien du Mexique en a témoigné lors de la Soirée Live de Portes Ouvertes samedi dernier.


Lauro, du Mexique, était l'un des orateurs de notre soirée Live


Lauro résume son parcours de vie chrétienne comme s’il montrait sa carte de visite: «Quand je me suis converti à Christ, j’ai su tout de suite que cela ne serait pas facile. J’ai expérimenté la peur, la tristesse et la douleur à cause de la pression qui s’abattait sur moi et sur ma famille. Mais en même temps j’ai pu voir la délivrance de Dieu dans les moments difficiles.»

Choisir de perdre une bataille

Effectivement, Lauro s’est démarqué des coutumes locales. En représailles, la persécution n’a pas tardé à se produire et sa famille n’y a pas échappé. «J’ai été menacé, mes enfants ont été expulsés de l’école. Nous ne pouvions plus rien acheter ni vendre dans notre village et nous avons vécu une période critique. Les habitants m’ont mis en prison pour que je renie ma foi. J’ai perdu tous mes biens.» À vues humaines, la bataille était perdue. L’entêtement de Lauro à garder la foi ne l’avait-il pas disqualifié aux yeux du village et même de sa famille? Lauro répond:

«J’avais surtout peur de ne pas être à la hauteur pour servir Dieu. Alors, j’ai choisi de rester ferme et d’aller de l’avant.»

Il poursuit: «Ma mère et moi avons été menacés de mort. J’ai dû faire un choix pour protéger ma mère, c’est-à-dire être moi-même la cible de cette persécution. J’ai donc été expulsé du village.»

La victoire appartient à Dieu

La situation était douloureuse, mais Dieu la contrôlait. La mère de Lauro est restée au village et elle y vit toujours. Entretemps, elle a réussi à pardonner à tous ses persécuteurs. Elle est en paix. Quant à Lauro, il est aujourd’hui pasteur d’une église d’environ 50 membres, dont certains vivent sous pression dans des situations similaires. Il les exhorte en leur racontant comment Dieu l’a aidé à répondre sans violence à la persécution. Son secret:

«La prière nous aide à connaître la volonté de Dieu, à être victorieux face à l’adversité.»

Quand Dieu prend les choses en main

Comme d’autres chrétiens l’ont vécu, Lauro a connu un coup d’arrêt dans sa vie sous l’effet de la persécution. C’est d’abord la stupeur. «Où est Dieu dans tout cela?» Ensuite vient la compréhension. «Arrêtez, et sachez que je suis Dieu», peut-on lire dans la Bible (Psaume 46:10). Si Dieu permet la difficulté, celle-ci devient la porte par laquelle Il fait passer ceux qui lui sont fidèles pour les conduire plus loin. Ainsi, Lauro a été fortifié dans sa foi et à son tour il nous encourage: «Ne doutez jamais de la puissance de Dieu. Il est plus grand que nos difficultés, plus grand que la maladie, plus grand que nos ennemis. Confiez-vous en lui, persévérez face à l’adversité.»



Sujets de prière :

Remercions Dieu pour Son action dans la vie et dans la famille de Lauro
Prions pour Lauro et sa famille, et l'assemblée dont il a la charge
Prions pour les personnes engagées à défendre les droits des chrétiens devant la justice

 

haut de page